Rombaldi
PROMO

ACHARD Marcel – Jean de la Lune – Malborough s’en va-t’en guerre – Le Corsaire

Réf: f-rcdfmajdll
2,80 € TTC
4.00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Un entretien de 16 pages illustré de photographies en noir et blanc avec Marcel Achard au début de l’ouvrage
 
« Jean de la Lune »
 
   Cette pièce de théâtre a été représentée pour la première fois, le 16 avril 1929, à la Comédie des Champs-Elysées (théâtre Louis-Jouvet), reprise au théâtre du Gymnase (Henry-Bernstein) le 27 avril 1932. Elle a été adaptée au cinéma en 1948 avec Danielle Darrieux, Claude Dauphin, François Périer et Pierre Dux.
 
Extrait de l’entretien avec Marcel Achard
 
   - Pouvez-vous tout d’abord, Marcel Achard, nous parler de votre enfance et de la naissance de votre vocation d’auteur dramatique ?
   - Mon enfance a été placée immédiatement sous le signe du théâtre. Mes camarades de l’institut Rollin, à Caluire, m’engageaient vivement à faire le pitre pendant les récréations et m’avaient donné le sobriquet, dont je ne sais encore s’il était une marque d’estime ou de dérision, de « veau marin ».
   J’avais fabriqué un petit théâtre Guignol en papier et en carton, n’ayant pas les moyens d’avoir un vrai Guignol comme on en trouvait Passage de l’Argue.
   Je brossais aussi les décors et je me donne encore un bon point pour avoir su, avec une lampe électrique de poche, suggérer l’éruption du Vésuve et la destruction de Pompéi. Mais mon premier succès, celui qui a vraiment décidé de ma vocation, je le remportai dans le hall de l’école de la rue de Condé, devant les professeurs, les élèves et leurs parents réunis, dans une adaptation du « Tartuffe » de Molière, que j’avais naturellement appelée « Tatruffe ».
   Gnafron était Orgon, Guignol représentait le fiancé de Marianne et un peu Damis, le fils d’Orgon, car je lui avais attribué plusieurs de ses tirades. Le triomphe s’était déclaré dans la scène où Orgon demande des nouvelles de Tartuffe et où j’avais remplacé le célèbre « Le pauvre homme ! » par un très heureux « Pauvre gone » !

Editions Rombaldi Bibliothèque du Club de la Femme année 1970, état général correct, couverture rigide avec couverture plastifiée, un accroc en haut à droite de la couverture plastifiée, tranches des pages et intérieur un peu passés, livre d’occasion relié format de 13,5x19 cm, 249 pages.



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser