Le livre de poche

COOK Robin - Contagion

Réf: pt-ldp17082
2,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « Contagion » Robin Cook, 1995.

Traduit de l’américain par Bernard FERRY

Extrait 1

   Calvin émit un sifflement.

   - Ouah ! Et dire que tout ça se produisait alors même qu’il recevait des doses massives d’antibiotiques en IV.

   - C’est vrai que c’est inquiétant, reconnut Jack.

   Il remit les poumons dans la cage thoracique avec précaution, pour ne pas risquer de disperser des particules infectieuses dans l’air ambiant. Puis il prit le foie et pratiqua doucement une incision.

   - Même processus, dit-il en montrant du doigt les zones où l’on distinguait des abcès en formation. Mais pas aussi développé que dans les poumons.

   Il replaça le foie et sortit la rate. On y constatait les mêmes lésions.

   - Il n’avait pas une chance, le gros, dit Jack en replaçant la rate. On verra ce qu’on peut trouver au microscope, mais en fait je crois qu’il va falloir attendre les résultats du labo pour avoir une réponse définitive.

   - Mais si vous aviez une hypothèse à formuler ? demanda Calvin.

   Jack laissa échapper un petit rire.

   - Ça serait vraiment une hypothèse. Je n’ai encore rien constaté de pathognomonique, mais le caractère foudroyant du mal devrait nous dire quelque chose.

   - Alors, votre diagnostic, comme ça, à première vue ? demanda à nouveau Calvin. Voyons vous n’allez pas me faire croire que vous n’avez pas une idée !

   - Hummm… vous me prenez au débotté, là. Mais, bon, d’accord, je vais vous dire ce qu’il m’a traversé l’esprit. D’abord, je ne crois pas qu’il puisse s’agir de Pseudomonas, comme ils l’ont pensé à l’hôpital. Trop virulent. Ça aurait pu être quelque chose d’atypique, comme un streptocoque A ou même un staphylocoque accompagné d’un choc toxique, mais j’en doute, notamment parce que, d’après le test de gram, on aurait affaire à un bacille. Je pencherais donc plutôt pour quelque chose comme la peste ou la tularémie.

   - houlà ! s’écria Carvin. Vous envisagez une maladie bien compliquée pour ce qui est apparemment une infection nosocomiale. J’ai l’impression que vous allez chercher midi à quatorze heures !

   - Je vous dis seulement ce qui m’est passé par l’esprit. Ce n’est qu’un diagnostic hypothétique. Je m’efforce de ne rien exclure.

   - Bon, bon, dit Calvin d’un ton apaisant. Est-ce tout ?

   - Non, ce n’est pas tout. Je me dis que peut-être il y a eu une erreur dans le test de gram, ce qui nous laisse donc encore non seulement le streptocoque et le staphylocoque, mais aussi le méningocoque. Et j’ajouterais la fièvre éruptive des Rocheuses et les hantavirus. Et puis tant qu’on y est, je pourrais même dire les fièvres hémorragiques virales comme l’Ebola.

 

Extrait 2

   Jack, qui avait ses habitudes, arrivait tous les jours à l’Institut médico-légal à la même heure, à cinq minutes près. Ce jour-là, il avait dix minutes de retard dû à une légère gueule de bois. Cela faisait si longtemps qu’il n’avait plus eu la gueule de bois qu’il avait oublié à quel point on se sent misérable dans ces cas-là. Il avait donc passé plus de temps que de coutume sous sa douche, et slalomé à une vitesse plus raisonnable le long de la Deuxième Avenue.

   En traversant la Première Avenue, il aperçut un spectacle tout à fait inhabituel pour cette heure matinale : un camion de télévision, avec son antenne déployée, garé devant le bâtiment de l’Institut.

   Sans descendre de vélo, il fit le tour du camion mais ne vit personne à l’intérieur. En revanche, un groupe de journalistes était rassemblé devant la porte d’entrée.

   Jack alla accrocher son vélo à l’endroit habituel et monta en salle d’identification.

   Laurie et Vinnie étaient assis à leur place habituelle. Jack les salua puis gagna le fond de la salle pour jeter un coup d’œil dans le hall. Une foule compacte s’y pressait.

   - Mais se passe-t-il ici ? demanda Jack en se tournant vers Laurie.

   - Tu devrais être le premier à le savoir, répondit-elle en levant les yeux du programme des autopsies du jour, qu’elle était en train de mettre au point. C’est à propos de l’épidémie de peste.

   - Comment ça, l’épidémie ? Il y a eu d’autres cas ?

   - Tu ne le sais pas ? Tu ne regardes pas la télévision le matin ?

   - Je n’ai pas de poste de télé, répondit Jack. Dans mon quartier, ça serait un appel au cambriolage.

   - Eh bien, on a reçu deux victimes au cours de la nuit. Dans le premier cas, il s’agit sûrement de la peste, ou presque sûrement, parce qu’à l’hôpital ils ont procédé eux-mêmes à une recherche d’anticorps à la fluorescéine, et le test était positif. L’autre cas est plus douteux, parce que cliniquement il semble bien qu’on ait affaire à la peste, mais la recherche d’anticorps, elle, est négative. En outre, j’ai appris qu’il y avait de nombreux patients fébriles qui avaient été placés en quarantaine.

   - Tout ça à l’hôpital général de Manhattan ?

   - Apparemment.

   - Ces personnes étaient-elles directement en contact avec Nodelman ? demanda Jack.

   - Je n’ai pas encore eu le temps de vérifier. Ça t’intéresse ? Si tu veux, je t’attribue ces cas.     

 

Descriptif

Editions Le Livre de Poche 17082 année 1999 ISBN 2253170828, bon état général, couverture souple, tranche et dos légèrement marqués et passés, pages un peu jaunies, tranches des pages moyennement salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x17,8 cm, 480 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser