GOLDBERG Whoopi – Un livre

Réf: ess-llwgul
2,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « Book » Whoopi Goldberg, 1997.

Traduit de l’américain par Christophe CORTHOUTS

Extraits

1/   Je m’en fous de savoir avec combien de personnes notre président a couché. Vraiment. Cela n’influence en rien sa manière d’être, ses buts et ses réalisations concrètes. Ce n’est pas parce qu’un type trempe de temps en temps son biscuit qu’il devient pour autant un mauvais président. Cela ne fait même pas de lui quelqu’un de mauvais. Cela fait simplement partie de la nature humaine.

   Prenez John Kennedy – ce beau jeune homme qui croyait que nous étions tous égaux et que chacun pouvait faire quelque chose à son niveau pour rendre le monde meilleur. Cette idée que tout le monde pouvait apporter sa pierre à l’édifice vient de JFK. Elle s’est répandue dans nos écoles, dans nos rues. Et peu importe qu’il baisait avec Marylin Monroe. Ce qui importe c’est qu’il nous ait permis de penser en termes de droits civiques. Ce qui importe c’est que ce type nous ait fiat comprendre que nous ne comptions pas pour du beurre. Cela peu sembler obsolète comme notion, mais ce sont des gens comme Kennedy, Martin Luther King ou Megdar Evers qui nous l’ont soufflée. Et depuis j’y pense, quelles que soient les merdes que les journalistes et les historiens sont allés dénicher sur ces gens. Les scandales peuvent être excitants… pour un temps. Mais ils ne signifient rien.

 

2/   La chose la plus dure au monde c’est de s’entendre avec les autres. Parce que les autres, ce n’est pas vous. C’est simple. Les gens vous déçoivent tout le temps. Il faut s’y attendre. Il faut se rendre compte que les gens sont différents, qu’ils ne pensent pas tous la même chose que vous. Certains iront même jusqu’à vous tuer (au sens figuré, bien sûr) avec leur bêtise. Mais ce sont eux. Pas vous.

   Je songe parfois à un monde parfait, où le monde serait moi. Je n’aurais pas besoin de me tracasser lorsque je dois convaincre quelqu’un, expliquer quelque chose ou exiger un peu de solitude. Je n’aurais plus besoin de me tracasser des poils de barbe dans la salle de bains, sauf lorsque je me raserais les jambes. Je n’aurais plus besoin de me soucier de voir quelqu’un me traiter comme de la merde, ou s’opposer à ce que je dis, ou entrer dans une pièce en se prenant pour Dieu le Père, parce que « tu sais, ma chérie. JE suis DIEU le Père ! » Je n’aurais plus besoin des relations qu’avec d’autres moi. Je me connais, je peux me supporter et il n’y aurait plus de problème.

 

Descriptif

Editions Claude Lefrancq Littérature année 1998 ISBN 2871535434, état général assez bon, couverture souple, tranche et dos un peu marqués et passés, pages moyennement jaunies, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché grand format de 15,2x23,3 cm, 274 pages.



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser