Le livre de poche
PROMO

HIGGINS CLARK Carol – For ever

Réf: pt-ldp31293
1,05 € TTC
1.50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « Hitched » Carol Higgins Clark, 2006.

Traduit de l’américain par Michel GANSTEL

Une enquête de Regan Reilly

Extrait 1

   Assis sur le grand canapé en fer à cheval au fond de l’atelier, Regan, Jack, Nora, Kit, Brianne, Teresa, Alfred et Charisse finissaient les sandwiches et le café que Charisse avait commandés au traiteur du coin. Avoir été nourrie et être apparue à la télévision avait mis Brianne de meilleure humeur. Mais l’embellie ne dura pas.

   - Alfred, annonça-t-elle après s’être essuyé la bouche, je veux que vous me remboursiez. Ma mère et moi allons de ce pas chez Kleinfeld.

   - Oui, approuva Teresa. Nous sommes scandalisées.

   Kleinfeld était le magasin prénuptial ayant fourni leurs robes à des générations de mariées. Il avait ouvert ses portes en 1941 à Brooklyn et avait récemment déménagé dans un local plus vaste et plus luxueux à Manhattan. Kleinfeld se vantait d’offrir la plus grande sélection de robes de mariées au monde. Des femmes venues de partout en franchissaient les portes pour en ressortir avec la robe de leurs rêves.

   - Vous remboursez ? hoqueta Alfred.

   - Cash, précisa Brianne. En chèque à l’extrême rigueur. Je refuse d’être angoissée toute la semaine en me demandant si j’aurai ou non une robe d’ici samedi prochain.

   - Ce serait inacceptable, déclara sombrement Teresa.

   - Je serais incapable de m’endormir ce soir sans savoir si je devrai me rabattre sur ma première robe de bal pour aller à l’autel.

   - Je vous promets, gémit Alfred, je vous jure que je vous ferai une autre robe encore plus belle.

   Le seul mot de remboursement le mettait au bord de la syncope.

   - Je ne veux pas prendre ce risque, répliqua Brianne. Enchantée d’avoir fait votre connaissance à vous tous, mais nous partons. Je veux mon argent, Alfred. Tout de suite.

   Levant les mains au ciel de désespoir, Alfred alla dans son petit bureau d’où il revint un instant plus tard et tendit à Brianne un chèque plié en deux.

   - Si vous ne trouvez rien à votre goût, faites-moi signe, dit-il piteusement. Enfin, précisa-t-il, d’ici à ce soir.

 

Extrait 2

   Au volant de la voiture de Nora, Regan entra dans le parking de l’immeuble de Central Park South où les Reilly avaient depuis des années un appartement qui leur servait de pied-à-terre à New York. Ce jour-là, Nora était particulièrement soulagée de ne pas être obligée de conduire jusque dans le New Jersey avant de pouvoir se reposer.

   - Quelle journée ! soupira Nora. Je ne m’y attendais vraiment pas.

   - J’ai l’impression que les réjouissances ne font que commencer, commenta Regan en coupant le contact.

   Kit et elle accompagnèrent Nora à l’appartement d’où l’on découvrait un panorama spectaculaire sur Central Park. La pluie avait enfin cessé et, à la fin d’un long hiver, le parc redevenait verdoyant.

   - Voulez-vous une tasse de thé avant de partir, les filles ? leur demanda Nora.

   - Merci maman, mais j’ai eu plus que ma dose de thé pour un mois.

   - Le thé à la lavande de Charisse ne se laisse pas oublier facilement, approuva Kit. Tu sais, Regan, si jamais je rencontre l’homme que je voudrais épouser, je préférerais la fuite romantique et le mariage secret.

   - Ta mère ne te le pardonnerait jamais, Kit dit Nora en riant.

   - Je crois au contraire que si elle devait endurer tout ce que nous venons de subir, elle irait jusqu’à m’acheter une échelle pour passer par la fenêtre.

   Nora alla ouvrir la baie donnant sur le balcon.

   - Un peu d’air frais nous fera du bien.

   - L’endroit qui en aurait grand besoin, commenta Kit, c’est le loft d’Alfred et de Charisse. Il leur faudrait même un magnétiseur pour en chasser toutes les ondes négatives.

   - Laissons-les d’abord s’occuper de la robe de Regan, dit Nora.

   - Sans parler des autres, opina Regan. Kit et moi devons nous dépêcher, maman. Nous irons en taxi chez les deux clientes et, j’espère que nous les trouverons. Jack est retourné à son bureau, nous le rejoindrons plus tard. A quelle heure papa doit-il arriver ?

   - Il a dit vers six heures. Nous dînerons au restaurant avant de rentrer à la maison. La semaine prochaine s’annonce plutôt agitée. Ecoute Regan, poursuivit-elle en hésitant, je sais que tu veux aider Alfred, mais il s’agit de ton mariage. Nous avons tant à faire, tu ne veux pas tout laisser tomber pour t’occuper de lui.

 

Descriptif

Editions Le Livre de Poche 31293 année 2009 ISBN 9782253127093, état général moyen, couverture souple, tranche et dos moyennement marqués et passés, intérieur moyennement jauni, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x17,8 cm, 352 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser