Presses de la cité

MALET Léo – Nestor Burma court la poupée

Réf: pt-pcanb13
1,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Extraits

1/   A un kilomètre de la rue Karadec, je comprends pourquoi Paulot n’avait pu obtenir de tonalité.

   Je ne m’étais pas précisément posé la question, mais mon subconscient y avait réfléchi à ma place. C’est fou ce qu’il pouvait travailler, mon subconscient, cette nuit-là…

   Lorsque Mauffat m’avait invité à le suivre à l’étage, Paulot était en train de laisser entendre qu’il allait se plaindre auprès de Lordy. De quelle manière ? Par téléphone, évidemment. Soucieux d’éviter pareille éventualité, Mauffat, une fois là-haut, avait rendu la ligne inutilisable, tout simplement en ôtant la fiche de raccordement de la boîte de jonction, laquelle boîte devait se trouver dans un coin derrière le bureau. J’avais assisté à la scène sans la comprendre.

   Ce que je ne comprenais pas davantage, maintenant, c’était pour quelle raison Mauffat ne voulait pas que Paulot entre en rapport avec son singe. En effet, que serait-il arrivé, dans le pire des cas ? Lordy rappliquait, réclamant des explications ? Eh bien, on les lui aurait fournies et tout serait rentré dans l’ordre…

   Oui, mais c’était peut-être trop simple. A moins que l’explication ne soit plus simple encore. Simple ! C’était vraiment marrant de parler de simplicité…

   Tout s’était passé comme si Mauffat, attendant une visite, n’avait pas voulu que d’autres importuns viennent chambouler un plan fixé d’avance, un emmerdeur comme moi suffisant amplement à son bonheur…

 

2/   - C’est le docteur, le coupable. C’est lui l’assassin, affirma la vieille dame.

   Sa voix, en temps normal certainement aussi douce que son visage, lequel était lisse et parcheminé, se chargea d’agressivité, et ses yeux, presque éteints, brillèrent d’une sorte de flamme sauvage derrière les verres épais de ses lunettes à monture métallique.

   Le vieux monsieur, assis dans le fauteuil d’en face, s’arracha à la contemplation de la branche de lilas, pas encore fleurie, qu’on apercevait de l’autre côté de la fenêtre, à travers la vitre et les rideaux au crochet à l’ancienne mode, représentant des cygnes prêts à se balancer des coups de bec. Il leva la main et articula sur un ton de reproche :

   - Il ne faut pas dire docteur, maman. Docteur, c’est un beau titre…

   Il se tapota le genou, voulant vraisemblablement exprimer par ce geste que des hommes de l’art, dignes de ce nom, l’avaient guéri d’une saleté de rhumatisme :

   - C’est un beau titre et cet individu n’y a plus droit. Il faut dire un type. Un type tout court.

   - Alors, je dirais un sale type, concéda la vieille dame.

   En dépit de son chagrin, que j’avais eu tout loisir de mesurer, et qui n’avait d’égal que celui de son épouse, il lui sourit avec bienveillance sous sa moustache blanche à la Pétain, et approuva du chef. La vue de ce couple était bien apaisante. Ces deux ancêtres-là donnaient l’impression de former un ménage uni dont nulle querelle un tant soit peu sérieuse n’était jamais venue compromettre l’équilibre.

 

3/   Résumé

   C’était une jolie « poupée » rayée à la fleur de l’âge, du nombre des vivants, par un boucher qui avait usurpé le titre de chirurgien. Les époux Bonomy, de Montillon (Hauts-de-Seine) (Quelque part entre Montrouge et Châtillon), voulaient, trois ans après le drame, que je la venge. C’était une entreprise insensée, vouée à l’échec. Mais ces pauvres vieux étaient si sympathiques…

   Si j’avais su qu’accepter de les aider ferait de moi un maître chanteur à la petite guitare, me conduirait à buter, de-ci, de-là, sur quelques décoratifs macchabées, ferait s’épancher dans mon gilet une ivrognesse au sein coupé, amènerait un adjoint du commissaire Faroux à m’empoisonner l’existence, si j’avais su tout cela l’aurais-je fait quand même ?

   Oui, même en ignorant que planait sur toute l’affaire l’ombre maléfique d’une autre « poupée » parée comme une châsse.

   Et t’aurais pas eu tout, Nestor !

 

Descriptif

Editions Presses de la Cité Les Aventures de Nestor Burma 13 année 1991 ISBN 2285006780, état général assez bon, couverture souple tranche et dos moyennement marqués, pages jaunies, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11x18 cm, 224 pages.



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser