MOORCOCK Michael – Le jeu du sang

Réf: sf-ogb144
2,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Ce roman est suivi d’une nouvelle de Lynda Isaacs : Passage

Titre original « The blood red game » Michael Moorcock, 1975.

Traduit de l’anglais par Simone Hilling

Extrait 1

   Renark se concentra.

   Il sentait la présence de la Galaxie, s’étendant vers l’intérieur à partir de sa propre situation dans l’espace ; couche sur couche, temps sur temps.

   Il avait conscience de la Galaxie en tant que tout, et en même temps sentait la présence de chaque atome individuel dans sa structure – chaque atome, chaque étoile, nova et nébuleuse. A travers l’espace, où la matière était à sa densité minimale, de petits noyaux de matière plus dense bougeaient. Des astronefs.

   Faiblement, au-delà des limites de sa propre galaxie, il sentit la densité moindre de l’espace intergalactique et, encore au-delà, il perçut de lointaines impressions d’autres galaxies.

   Il ne se passait rien de déplaisant, là-bas – chose qu’il savait déjà. Et chose qu’il avait pris l’engagement de changer.

   Puis il ajusta son esprit en sorte qu’au lieu de percevoir les composants de la Galaxie, il la perçût comme un tout. Il élargie sa réception pour y inclure une petite région au-delà de la Galaxie, et immédiatement la structure du temps et de l’espace, tels qu’il les connaissait, s’altéra.

   Il y avait là quelque chose d’étranger – quelque chose qui ne collait pas. C’était comme si un corps s’était déplacé dans cette région limitée et avait déchiré un trou dans le tissu même de l’univers. Son esprit et son corps tremblèrent quand il essaya de s’ajuster comme précédemment, à ce nouveau facteur contre nature. C’était une étoile double avec onze planètes équidistantes en orbite.

   Cela n’existait pas. Pas par rapport à l’Univers, Renark le savait. Il ne pouvait pas faire d’évaluation précise de ses composants – pour le moment. Non-sens ! Renark contrôla son esprit pour en chasser cette pensée, et se concentra sur la progression du système. Par rapport à lui-même, il se déplaçait dans l’espace de la même manière que les étoiles et les planètes ordinaires. Mais il se déplaçait également à travers une série de dimensions dont Renark n’avait aucune expérience. Et sa course – ses orbites à travers les dimensions – le rapprochait du continuum de Renark.

   Il ouvrit les yeux, le souffle coupé.

   Rapidement, il nota une équation ; puis il referma les yeux et réajusta son esprit.

  

Extrait 2

   Le vaisseau écarlate était le seul autre vaisseau sur ce qui était, de toute évidence, un terrain d’atterrissage. Ils se demandaient où était passé le reste de la flotte. Comme ils débarquaient avec prudence, ils virent que l’équipage du vaisseau écarlate faisait la même chose. Certains d’entre eux étaient humains.

   Et, pour la première fois, ils voyaient des formes de vie extraterrestre et, de toute évidence, intelligentes.

   Renark consulta les instruments qu’il portait à son poignet. « On dirait que nous n’avons pas besoin de scaphandres ; », dit-il, « mais c’est aussi bien d’être prudents. »

   Il se sentait tendu, foulant le sol calciné pour rejoindre l’autre groupe. Il observait les extraterrestres mêlés aux humains.

   Il y avait deux sextupèdes, munis de quatre bras chacun et d’une tête complètement carrée percée d’une petite bouche surmontée d’une rangée d’yeux minuscules ; plusieurs créatures sautantes rappelant les kangourous, mais clairement de nature reptilienne ; une créature aux longues pattes qui dominait les autres de très haut, avec un corps proportionnellement plus petit, corps rond supportant de longs bras-tentacules et une tête ronde également.

   Le chef des six humains était jeune, souriant, blond et vêtu dans un style démodé dans la Galaxie depuis deux cents ans – large chemise bleue, larges pantalons serrés dans des guêtres vertes, et mocassins mauves. Par-dessus sa chemise, il portait un manteau plissé qui s’élargissait à la taille et lui tombait jusqu’aux mollets. Il était armé d’un pistolet et d’un fusil passé sur l’épaule – armes d’un modèle inconnu. Il se pavanait fièrement.

   « Salut, les gars ! » lança-t-il avec un curieux accent. « Comment ça va, la Galaxie – toujours pareil ? »

   - « Elle a changé », répondit Renark, reconnaissant dans la langue archaïque du jeune homme un patois autrefois utilisé par l’ancienne GMC – la Guilde des Musiciens Criminels, qui s’était formée deux cents ans plus tôt d’hommes mis hors la loi parce qu’ils avaient refusé de jouer les genres musicaux spécifiques que les censeurs considéraient comme « sains ».

   Mais deux cents ans plus tôt, on n’avait encore jamais entendu parler du Dériveur et Migaa n’était pas colonisée. Renark était intrigué. Il pouvait comprendre que deux siècles n’avaient pas passé pour le jeune homme, l’écoulement du temps étant différent ici. Pourtant quelque chose n’allait pas.

 

Descriptif

Editions Opta Collection Galaxie bis 144 année 1976, bon état général, couverture souple, tranche et dos un peu marqués et passé, pages moyennement jaunies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x18,3 cm, 256 pages   



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser