Fleuve Noir

PAGE Alain – Sentimental Mr Calone

Réf: esp-fne434
1,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Extraits

1/   L’homme de garde s’appelait Guénec. C’était un Breton de la côte, pas très grand, mais aux épaules larges, placide comme un marin au long cours. Il avait le regard pâle un peu voilé de ceux qui ont trop contemplé la mer.

   Il vit sans surprise arriver Costes et Salat. Ils se retrouvèrent dans la chambre voisine de celle où reposait Calone.

   - Alors ? demanda Costes.

   - J’ai changé les bandes comme convenu. Elles sont toutes vierges à l’exception d’une. Et encore, il y a de sacrés blancs.

   - Et lui comment va-t-il ?

   - Comme ça… Bien agité avec une température qui ne tombe pas.

   - Il a repris connaissance ?

   Guénec fit la moue.

   - Il a ouvert deux ou trois fois les yeux…

   - Bon… Ecoutons la bande.

   Salat avait amené avec lui un magnétophone-valise. Il l’ouvrit, plaça dessus la bande que lui tendait Guénec. Il enclencha l’écoute.

   Il y eut d’abord quelques bredouillages, puis ce prénom qui revenait toujours…

   - Léna… Léna… C’était un morceau de roi… Tu sais bien… On en jouait de semblables à… à… mais où donc, bon Dieu… Où donc ?... Un long blanc, entrecoupé de mots incompréhensibles.

   - L’art pourrit les artistes… Il les enferme dans leur monde… Tous fous… La science, c’est pareil… Alors… Léna, Léna… Tu te rends compte… si je savais qui tu es… si je savais…

   Un nouveau silence d’un quart d’heure.

   - Ne l’écoute pas, Léna ! Ne l’écoute pas !

   Cette dernière phrase était hurlée. On percevait nettement la respiration haletante de Calone. Puis une porte claquait et la voix de l’infirmière surgissait murmurant quelque chose comme : - Voyons… ne vous agitez pas…

   Venaient quelques bruits d’instruments et à nouveau le silence. Il dura vingt minutes.

 

2/   Je suis arrivé aux Etats-Unis comme prévu le 15. Je suis d’abord allé à New York où je devais prendre contact avec Sam Rossen. Un drôle de type, votre Rossen. Je ne sais pas si vous connaissez la boutique qu’il tient dans le bas de Manhattan, mais ça laisse rêveur sur l’aseptisation américaine. Pour trouver plus sale, il faut commencer à draguer les ports sud-américains et certains coins du Moyen-Orient. Il paraît qu’il est horloger. Moi, je veux bien, mais il faut sacrément avoir envie de savoir l’heure pour s’aventurer dans son foutoir. Je ne parle pas pour moi, je m’en fous. Il y a longtemps que mes narines sont conditionnées aux puanteurs. Matérielles ou non.

   Rossen n’a pas été tellement surpris de me voir débarquer. A cette occasion, je vous signale qu’il se plaint d’un surcroît de travail. Pas en horlogerie, bien entendu. Il aimerait que vous revoyiez un peu les tarifs. J’ai cru comprendre que l’alcool d’importation avait augmenté aux USA et que malheureusement, il ne supportait que le cognac de certaine qualité.

   Ceci dit, Rossen est un type assez extraordinaire. Et cette fois, je ne parle pas de son apparence. Ce travail de fourmi qu’il exécute depuis plus de vingt ans lui a apporté des vues aussi profondes qu’originales sur les différents aspects du monde.

   Mon cher Costes, je ne saurais trop vous conseiller de vous précipiter chez Rossen le jour où il disparaîtra, car la documentation dirigée qu’il a réunie depuis vingt ans vaut son pesant d’or. Il a la chance d’habiter une des rares vieilles maisons qui existent encore à Manhattan et de ce fait, possède une cave comme on n’en fait plus. Elle doit avoir à peu près cinquante mètres carrés. Eh bien, ces cinquante mètres carrés sont entièrement remplis de documents. Et le plus extraordinaire est qu’il s’y retrouve.

   Lorsque je lui ai parlé d’Adam Billis, il m’a demandé seulement une heure pour me donner les premières coordonnées. Les activités de Billis entraient dans le cadre de sa curiosité essentiellement basée sur l’insolite et l’espionnage, l’un étant parfois un aspect de l’autre.

 

Descriptif

Editions Fleuve Noir Espionnage 434 année 1964, état général correct, couverture souple, tranche et dos marqués et passés, pages jaunies, tranches des pages salies, cassures sur la tranche livre d’occasion broché format poche de 11,3x17,7 cm, 222 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser