Hachette

QUINE Caroline – Alice et le cheval volé

Réf: j-hbv476
2,00 € TTC
 Hors stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Traduit de l’américain par Dominique Rousset

Illustrations de Philippe Daure

Extrait 1

   « Tu as raison ! C’est un incendie ! s’exclama Ned à son tour. Vite, allons voir ! »

   Il donna un coup de volant à droite et prit la route qui conduisait à travers la forêt jusqu’au manoir de Grimsby. La voiture roulait à vive allure, malgré les cahots de la chaussée accidentée, et ils furent sur les lieux.

   Le cœur d’Alice se serra lorsqu’elle vit l’écurie, derrière la maison, déjà dévorée par les flammes.

   « Oh, Ned ! Que faire ? Pouvons-nous encore la sauver ? s’exclama-t-elle.

   - Je crains que non. Mais heureusement la maison n’est pas encore touchée ! »

   Le petit ruisseau au bas de la pente était à sec, mais il y avait un vieux puits sur la propriété. Ned se précipita et se pencha par-dessus la margelle. Tout au fond, la lune se reflétait faiblement sur la surface noirâtre.

   « Il y a de l’eau ! » hurla-t-il.

   Il laissa le seau au fond du puits. Mais avant qu’il n’ait eu le temps de le ramener à la surface, ils entendirent le son lointain d’une sirène.

   « Dieu soit loué ! soupira Alice. Quelqu’un d’autre a aperçu les flammes et a prévenu les pompiers ! »

   Ned avait déjà jeté des seaux d’eau sur les flammes sans résultat lorsque l’énorme camion rouge apparut tous phares allumés à la lisière de la forêt. Alice courut déplacer la voiture de son ami pour lui laisser le passage libre. Les pompiers volontaires qui avaient quitté leurs maisons dès le premier coup de sirène se mirent aussitôt au travail. En quelques secondes, un tuyau fut jeté au fond du puits, et bientôt un puissant jet d’eau arrosait les écuries.

   Alice et Ned, retenant leur souffle, virent le feu faiblir peu à peu, et finalement s’éteindre complètement. Hélas, malgré la rapidité de l’intervention, il ne restait plus de l’écurie qu’une carcasse calcinée. Quelques arbres voisins avaient aussi été touchés, mais par chance la remise des calèches, à quelques mètres de là, était intacte.

   « Que s’est-il donc passé ? demanda le capitaine des pompiers aux deux amis, lorsque les hommes eurent ramené les tuyaux à la surface et commencèrent à les enrouler autour de leur support.

 

Extrait 2

   Ned ne bougea pas d’un pouce et répondit poliment :

   « Accordez-moi au moins une chance pour vous…

   - Une chance pour quoi ? Pour allumer un autre incendie ? coupa Ullman. Vous ne trouvez pas que vous m’avez coûté assez cher avec vos amis ? Dès le premier jour où vous êtes là, l’écurie brûle. Encore quelques jours de tournage et il ne restera plus de bâtiment debout !

   - Mais ce n’est pas nous qui avons allumé ce feu ! »

   Le promoteur eut un grognement de colère.

   « Ça, c’est ce que vous dites !

   - C’est vrai, intervint Alice calmement mais avec fermeté. Monsieur Ullman, vous n’avez aucune preuve pour accuser Ned et son ciné-club, de ce qui est arrivé.

   - Que voulez-vous dire ? grogna l’homme en repoussant une mèche de cheveux grisonnants de son front. Hé, dites donc, je vous reconnais, n’êtes-vous pas la fille de James Roy, la détective privée ?

   - C’est exact, sourit Alice, soulagée de voir la colère de M. Ullman s’atténuer un peu. Monsieur, samedi soir, Ned et moi sommes allés au bal de l’université de Westmoor.

   - Je ne vois pas le rapport avec l’incendie.

   - Eh bien, nous avons traversés la forêt à l’aller et au retour, expliqua la jeune fille. A l’aller, il n’y avait pas l’ombre d’une étincelle. Ce n’est qu’à notre retour, un peu après onze heures du soir, que nous avons vu une lueur rouge à travers les arbres. A cette heure, il y avait longtemps que le ciné-club avait quitté les lieux. »

   Le promoteur fronça les sourcils, hésitant.

   « Et qui me dit qu’ils n’ont pas laissé quelques mégots allumés ? »

   - mais aucun d’entre nous ne fume, assura Ned. Et nous n’avions aucune raison d’allumer des allumettes.

   - A quelle heure êtes-vous partis exactement ? demanda Alice à Ned.

   - Vers cinq heures. Je le sais parce que c’est moi qui ai fermé. Nous étions pressés d’aller nous préparer pour le bal. »

   Alice se tourna vers le gérant.

   « Même si quelqu’un avait réellement fait tomber une allumette près de l’écurie, le bâtiment n’aurait certainement pas mis six heures à prendre feu ! Le responsable a dû venir à la nuit tombée. Cette hypothèse élimine les membres du ciné-club. Je les ai tous vus au bal.

 

Descriptif

Editions Hachette Bibliothèque Verte 476 de 2004 ISBN 2012003729, bon état général, couverture souple, tranche et dos un peu marqués et passés, intérieur frais, livre d’occasion broché format poche de 12,8x17,8 cm, 224 pages   



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser