Fleuve Noir

SCHEER et DARLTON – La voie transtemporelle – Perry Rhodan 189

Réf: sf-fnpr189
2,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « Ufos in der galaxis » de Clark Darlton et « Die strasse der container » de H.G. Ewers

Traduit et adapté de l’allemand par Jeanne-Marie GAILLARD-PAQUET

Extraits

1/   Des histoires, il y en avait toujours eu et elles ne mourraient jamais. En outre, elles servaient de sujets de conversation au cours des interminables traversées dans le cosmos ; des longs services de gardes ennuyeux, et bien entendu pendant le petit déjeuner dans les postes à l’intérieur du Système de Sol.

   Cependant, durant les six derniers mois, une anecdote bien précise avait de plus en plus tenu la vedette. Elle n’en devenait pas moins mystérieuse ou moins intéressante pour autant, bien au contraire.

   Il y avait une quinzaine de siècles de cela, les fameux « objets volants non identifiés », ou plus simplement les ovnis avaient, pendant de nombreuses années, agité les esprits des hommes jusqu’à ce que, finalement, il se soit avéré qu’on s’était laissé abuser en grande partie par une illusion des sens, voire par des hallucinations. Seuls quelques phénomènes étaient restés inexpliqués, et l’on supposait qu’il s’agissait là de sondes d’observation envoyée par des extraterrestres ou même, dans certains cas très rares, de chronoscaphes qui provenaient d’un lointain futur. Aucune de ces deux hypothèses n’avait jamais été prouvée car lorsque l’Humanité eut réalisé son unité et que Rhodan eut créé l’Empire Solaire, les ovnis cessèrent totalement d’apparaître dans les cieux terrestres.

   Et voilà, depuis six mois environ, qu’ils revenaient sur le devant de la scène, encore que sous une forme différente. Les ovnis du XXe siècle mesuraient jusqu’à quelques douzaines de mètres de diamètre. Entourés d’un cercle de projecteurs, ils étaient capables d’exécuter des manœuvres ultrarapides.

   Actuellement, ils se présentaient sous la forme de bulles énergétiques brillantes d’un diamètre pouvant atteindre plus de quatre mille mètres, qui surgissaient subitement de la zone de libération et y replongeaient de la même façon. Ces mystérieux corps lumineux aveint été vus partout, mais jamais encore on n’avait réussi à établir un contact quelconque avec eux et, à plus forte raison, à communiquer avec leurs occupants.

   En effet, il était absolument certain que ces bulles étaient des sortes de champs énergétiques ou protecteurs qui enveloppaient en leur sein un objet plus petit – vraisemblablement un vaisseau spatial proprement dit.

   Des ovnis dans la Voie Lactée !

 

2/   Redskin s’avança à sa rencontre à pas lents.

   - Ça alors, Screw, ce sont bien…

   Howard reprit son chemin sans se presser. Il entendit un bruit de pas derrière lui. Les autres hommes s’étaient réveillés, eux aussi, et venaient à la centrale de détection pour voir ce qui avait déclenché l’alerte.

   - Pas de conclusions prématurées, Redskin. Ces objets leur ressemblent, mais va savoir s’il s’agit bien de ça ! Ils sont petits. Beaucoup plus petits. Les rapports que nous avons reçus jusqu’à présent affirment que les bulles lumineuses ont un diamètre allant jusqu’à quatre kilomètres.

   - Ce sont peut-être de jeunes bulles, murmura Farrell.

   - Laisse tomber ce genre de plaisanterie idiote ! Ce n’est vraiment pas le moment ! protesta violemment le chef. Rakowski, activez les appareils d’enregistrement et occupez-vous de la station hypercom. Mais attendez encore un peu avant d’expédier un message. Peut-être qu’en fin de compte tout cela ne sera pas trop grave.

   - ces objets ont un diamètre de quarante à cinquante mètres, annonça Palmers. Je n’ai encore jamais entendu dire que les Accalauries étaient aussi petits !

   Farrell ouvrit la bouche, puis la referma aussitôt. Personne ne le croirait d’ailleurs s’il affirmait de but en blanc que ces choses étaient des nuages d’énergies intelligents qui pouvaient aussi bien être très gros que très petits. Quant à la théorie selon laquelle il s’agissait d’écrans de force d’un type nouveau destinés à dissimuler des vaisseaux spatiaux, il la considéra comme absurde.

   La physionomie de Howard reflétait une inquiétude croissante. Il ne donnait pas l’impression de croire lui-même à ce qu’il venait de die, à savoir qu’en fin de compte, tout cela ne serait peut-être pas aussi grave.

   Les quatre curieux objets qu’évoquaient des Accalauries de petite taille répandaient une vive luminosité qui ne s’affaiblit que très peu lorsqu’ils plongèrent dans l’atmosphère et continuèrent à descendre à vitesse constante. Ils modifièrent légèrement leur trajectoire, puis leur cap retrouva sa stabilité.

   Ils finirent par échapper aux senseurs des satellites. L’écran ne montrait plus qu’un faible rougeoiement au sein de l’atmosphère, qui alla en s’atténuant rapidement.

 

Descriptif

Editions Fleuve Noir Space Perry Rhodan 189 année 2004 ISBN 2265072338, état général assez bon, couverture souple, tranche et dos un peu marqués et passés, intérieur assez frais, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x17,8 cm, 256 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser