Fleuve Noir
PROMO

SCHEER et DARLTON – Ténèbres sur la Terre – Perry Rhodan 187

Réf: sf-fnpr187
1,75 € TTC
2.50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « Das ende der dolans » de Hans Kneifel « Alarm für die galaxis » de H.G. Ewers et « Des mann, der die zeit betrog » d’Ernst Vlcek

Traduit et adapté de l’allemand par Claude LAMY et Michel VANNEREUX

Extraits

1/   Le servomécanisme de l’imposant fauteuil fixé au sol de la cabine s’activa lentement. Le dossier bascula vers l’avant, le siège revint à l’horizontale et le repose-pied coulissa en dessous. Mince et élancé, l’homme vêtu d’un modeste uniforme de bord bailla copieusement tout en se frottant les yeux.

   Une quantité de ridules s’étirèrent, comme un éventail, des commissures de ses lèvres bien pleines jusqu’à ses tempes. L’expression moqueuse habituellement affichée sur son visage était pour le moment absente.

   Il venait de se réveiller d’un sommeil bref mais profond.

   Il posa lentement les pieds sur le sol, fit quelques flexions et se détendit ensuite de tout son être.

   - L’attente me tape sur les nerfs, murmura-t-il, et les trente-quatre mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf autres vaisseaux là dehors ne font rien pour arranger la situation !

   La voix faible de l’homme amère ; on eût dit qu’il était oppressé par le poids des ans. Un air de résignation se lisait à l’évidence sur ses traits et dans les gestes qu’il effectuait.

   Il jeta un œil sur l’imposant chronographe de pilote accroché à son poignet.

   - Onze heures… Encore une heure ! gronda-t-il.

   Il se dirigea vers un placard qui occupait une cloison entière de l’étroite cabine et ouvrit un tiroir d’environ quarante centimètres de côté sur trente de hauteur. De lourdes tasses de porcelaine y étaient disposées sur des supports spéciaux, et le témoin rouge indiquait que la petite machine à café était en pleine activité. Il déplaça le sélecteur sur la position numéro deux, pressa une touche et plaça ensuite l’un des récipients sous le robinet. Un liquide bouillant s’en écoula puis les mains effilées, couvertes de poils clairsemés et de taches de pigmentations rajoutèrent du sucre et de la crème dans la tasse.

   L’homme consulta une nouvelle fois son chronographe.

   - Vingt-sept août 2437, annonça-t-il tout en tentant de siroter la boisson très chaude.

   Il s’assit sur le rebord du fauteuil et fixé l’écran aveugle.

   - Toujours attendre ! Attendre confinés dans nos vaisseaux, se déplacer sans cesse d’une planète à une autre, dans tous les sens à travers le cosmos…

   Sa voix trahissait une vive amertume.

   Il respira profondément et se redressa.

 

2/   Le champ de force géant, dissimulé dans l’espace quintidimensionnel, au sein duquel les Gardiens Fréquentiels ou Bi-Conditionnés reposaient dans une stase hyperbiologique, représentait un danger critique pour tous les peuples de la Galaxie…

   Selon les estimations sûrement proches de la vérité, il s’agissait d’environ dix mille policiers temporels qui, plongés dans un sommeil artificiel, y attendaient d’être réveillés et envoyés en mission. Il y avait par conséquent le même nombre de Dolans : dix mille machines pseudo-vivantes rapides, maniables comme des vaisseaux et aussi effroyables que l’ensemble des démons de l’Histoire terranienne, capables de détruire des systèmes solaires entiers et dévaster des colonies. Le passé était là pour le prouver.

   Mais la lutte avait déjà commencé.

   Lors de précédentes opérations de défense menées par les Terraniens, environ mille nefs semi-organiques et autant de Bi-conditionnés avaient été annihilés. Il en restait donc encore neuf mille.

   - une question : connaissez-vous exactement le nombre de ces télétransports, Vivier ? s’informa le Stellarque d’une voix rauque.

   Bontainer retira un feuillet de son porte-documents et lut quelques résultats.

   - Ma section de détection parle ici, en accord avec les enregistrements de ses positroniques, de huit mille cinq cents opérations.

   Rhodan s’écrouler dans son fauteuil.

   - Huit mille cinq cents ? haleta-t-il effrayé.

   - Exact : ni plus ni moins ! assura Vivier.

   - J’ai mon propre avis là-dessus et j’aimerais voir s’il coïncide avec le vôtre, commandant, lança alors Atlan en rejetant en arrière ses cheveux cendrés. Qu’en dites-vous ? Pourquoi ces transferts ont-ils été effectués ?

   Le colonel resta de marbre et rangea le feuillet.

   - Je pense, énonça-t-il calmement, que quelques équipements complémentaires ont été envoyés là-bas. Non, en fait ce n’est pas aussi simple que ça… Rectification : des appareils servant à renforcer les générateurs d’écrans paratroniques. Inutile que je m’étende sur ce que cela signifie !

   - L’Arkonide dodelina de la tête.

   - Pas la peine, non. Bontainer ! Nous le savons nous aussi, hélas ! ça Veut dire que nous ne pourrons plus neutraliser les boucliers des nefs semi-organiques à l’aide des radiants paraneutraliseurs.

   Vivier fumait avec nervosité.

   - C’est la réflexion que je m’étais faite, ajouta-t-il. Je suis presque sûr de moi. Les Gardiens Fréquentiels et leurs Dolans ont été équipés d’appareils complémentaires. Dans ces conditions…

 

Descriptif

Editions Fleuve Noir Space Perry Rhodan 187 année 2004 ISBN 2265072311, état général assez bon, couverture souple, tranche et dos un peu marqués et passés, intérieur assez frais, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x17,8 cm, 256 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser