J'ai lu

SIMMONS Dan – Le chant de Kali

Réf: fh-jale2555
2,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « Song of Kali » Dan Simmons 1985.

Traduit de l’américain par Bernadette EMERICH

Extrait

1/   Ma femme est belle, songeai-je pour la millième fois depuis notre mariage.

   - J’ai une impression de déjà vu, dit-elle très doucement. Non, ce n’est pas vraiment le terme exact. J’ai plutôt l’impression de revivre pour la millième fois le même rêve. La chaleur, le bruit, les langues, les odeurs… Tout m’est à la fois familier et inconnu.

   - Je suis désolé si cela te bouleverse.

   Amrita hocha la tête.

      - Non, Bobby, ça ne me bouleverse pas. Ça m’effraie, mais ça ne me bouleverse pas. Je trouve ça très fascinant, au contraire.

   - Fascinant ? Mais bon sang, qu’avons-nous vu de fascinant ?

   Amrita n’avait pas l’habitude d’employer des mots à la légère. Sa précision en matière de langage excédait souvent la mienne.

   Elle sourit.

   - A part Kamakhya Bharati, tu veux dire ? demandai-je.

   Elle fit glisser sa sandale et tâta l’eau du pied. Je ne voyais plus le rat noyé à l’autre bout du bassin.

   - Franchement, Bobby, je trouve tout fascinant, mais d’une façon insolite. C’est comme si je n’avais utilisé qu’une partie de mon cerveau pendant toutes ces années et qu’une autre s’éveillait à présent, ici.

   - Aimerais-tu rester plus longtemps ? Après mon travail ?

   J’étais troublé.

   - Non, répondit Amrita sur un ton qui ne laissait aucun doute.

   - Je suis désolé, dis-je en hochant la tête, de t’avoir laissée seule toute l’après-midi et d’avoir accepté ce rendez-vous. C’est une erreur d’être venus tous les trois. J’ai sous-estimé les difficultés que te poserait Victoria.

 

2/   Une putain a été assassinée par son amant, Sudder Street, puis il a gloutonnement dévoré son corps au nom de l’amour. L’ère de Kali a commencé.

   - Du ventre mort des millions de personnes massacrées durant notre ère moderne s’échappent des hurlements. Le Chant de Kali désormais sera entendu.

   - Dans un mur se gravent à jamais les silhouettes des enfants qui jouaient, lorsqu’une bombe noircit en un instant le ciment. L’Ere de Kali a commencé.

   - Un père a attendu patiemment que la dernière de ses filles revienne de l’école. Doucement, il a placé un revolver contre sa tempe, a tiré deux coups, puis a posé son corps près de ceux de sa mère et de ses sœurs. La police l’a retrouvé en train de chanter une berceuse aux corps silencieux. Le Chant de Kali sera désormais entendu.

   Il ne restait plus qu’une centaine de pages à lire, mais mes yeux se fermèrent d’eux-mêmes, et par deux fois je me réveillai, le menton sur la poitrine. Je rangeai n’importe comment le manuscrit dans la mallette et consultait le réveil sur la table de nuit.

 

3/   Résumé

   Une bien étrange affaire qui amène le journaliste Robert Luczak à Calcutta. La dernière œuvre du plus grand poète indien Das, mort depuis dix ans, un manuscrit d’une valeur inestimable, aurait été retrouvée dans des conditions mystérieuses.

   Dès son arrivée, Luczak entre en contact avec les dangereux Kapalikas, à la fois secte et mafia, qui prétendent le conduire jusqu’à Das, toujours vivant.

   Un scoop extraordinaire ! L’occasion unique d’écrire l’article de sa vie ! Oui, mais à quel prix ?

   Des cadavres ramenés à la vie, des poètes noyés qui ressuscitent, une déesse dévoreuse d’âmes… Il est des endroits maléfiques qui ne devraient pas exister.

   Calcutta est de ceux-là. Lorsque Luczak le comprendra, il sera peut-être trop tard ; la déesse Kali aura accompli son œuvre !

 

Descriptif

Editions J’ai lu Epouvante 2555 année 1989 ISBN 227722555X, état général moyen, couverture souple, tranche et dos moyennement marqués et passés, pages jaunies, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x16,7 cm, 320 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser