Pocket/Presses Pocket
PROMO

ABLOW Keith - Compulsion

Réf: pt-pt12197
1,13 € TTC
1.50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « Compulsion »

Traduit de l’américain par Daniel LEMOINE

Extraits

1/   Je bus assez de café pour pouvoir marcher avec ma tasse sans en renverser, puis je pris la direction de sa table.

   - Clevenger ! cria quelqu’un.

   Je m’arrêtai et me tournai vers la porte.

   Carl Rossetti, avocat qui évoquait plutôt un dealer de drogue, entra précipitamment. Il avait des cheveux raides, d’un noir de jais, jusqu’aux reins, des bracelets en or aux deux poignets, des anneaux aux deux oreilles. Il avait également un des esprits juridiques les plus aiguisés de la région de Boston.

   - Tu crois que tu pourras m’analyser, doc ? cria-t-il. Je vais te dire une chose : tu n‘as pas le temps.

   Les hommes et les femmes qui occupaient les tables tout autour de lui, levèrent la tête. Il leur adressa des signes de main et des sourires.

   J’avais analysé Rossetti, mais il pouvait être certain que je n’en parlerais jamais.

   Il me rejoignit et continua de danser d’un pied sur l’autre comme s’il marchait toujours.

   - Alors ? Le jeune cinglé de Nantucket ?

   Mon cœur se serra.

   - Ça doit être un sacré phénomène. Il a étranglé des chats, sur l’île, il y a quelques années. Il a failli mettre le feu à leur propriété. Et il paraît qu’il est entré par effraction dans tous les endroits où il pouvait aller à pied.

   Il sourit et ajouta :

   - Bons baisers de Russie.

   - Si j’ai bien compris, dis-je, personne n’est sûr qu’il soit impliqué. On n’a pas écarté la mort subite du nourrisson.

   - Allons. Ce gamin a le profil. Tu veux parier qu’il mouille son lit ?

   Rossetti faisait allusion aux trois éléments qui caractérisent les psychopathes en devenir : mouiller le lit, mettre le feu, torturer les animaux.

   - Il est mineur, dis-je. Et il n’a pas été inculpé. Qui a divulgué son passé ?

 

2/   - Qu’est-ce que tu en penses ? demanda Anderson sur le long chemin privé qui permettait de gagner Wauwinet Road.

   - Je vais te dire ce que je ne pense pas, répondis-je. Je ne pense pas que Darwin Bishop a oublié de nous avertir de l’hospitalisation de Billy à New York.

   - Ce qui signifie ?

   - Quand on est capable d’acheter et de vendre des actions sur le Nikkei vingt-quatre heures après avoir découvert sa fille morte dans son berceau, on n’oublie pas que le chef de la police va passer en compagnie d’un psy de Boston. Il voulait qu’on vienne chez lui.

   - Pourquoi ? Pourquoi nous avoir attirés ici si Billy n’y était pas ?

   - Peut-être pour se faire une opinion sur moi, peut-être pour faire passer un message. En tout cas, il a dit tout ce qui comptait à ses yeux : que Billy était très traumatisé, que Julia et une demi-douzaine de psychiatres avaient tenté de l’aider, et même que Billy correspond parfaitement au portrait du psychopathe. Tout y est passé ; il mettait le feu, se montrait cruel avec les animaux, mouillait son lit. Il a même ajouté l’automutilation, pour faire bonne mesure : il se mordait et se tirait les cheveux.

   - Il répondait à tes questions, dit Anderson. Il n’a pas pris une seule initiative.

   - Les hommes tels que Darwin Bishop communiquent comme une ceinture noire de combat, dis-je. Ils se servent de ton élan pour te conduire là où ils veulent que tu ailles. S’il voulait te parler de sa société, il ne le ferait pas carrément. Il t’amènerait à croire que tu lui soutires l’information.

  

3/   Résumé

   Mauvaise publicité pour le milliardaire Darwin Bishop : un fait divers impliquant sa famille fait la une des journaux. Brooke, sa fille de cinq mois, vient d’être sauvagement assassinée. Son fils adoptif, Billy, adolescent présentant toutes les caractéristiques d’un psychopathe en puissance, est accusé du meurtre. Mais ce coupable idéal ne satisfait pas le chef de la police locale. Son ami, les psychiatre Frank Clevenger, vient enquêter sur cette affaire.

   Frank s’aperçoit rapidement que, sous la coupe e Darwin, les Bishop vivent dans une atmosphère étouffante d’oppression et de violence. La famille est traversée de conflits si aigus que n’importe quel membre pourrait avoir tué Brooke.

   Plongeant au cœur des névroses de chacun, Frank va devoir rouvrir toutes les blessures, y compris les siennes…

   « Pour les amateurs de suspense insoutenable. » Le Nouvel Observateur  

 

Descriptif

Editions Pocket Thriller 12197 année 2005 ISBN 2266142135, état général Moyen, couverture souple, tranche et dos marqués, intérieur assez frais, tranches des pages moyennement salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x17,8 cm, 480 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser