Hachette

BONZON Paul-Jacques – Les six compagnons et les agents secrets

Réf: j-hbvpjbscag
1,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Illustrations d’Albert Chazelle

Extrait

1/   « Formidable ! s’écria le Tondu en jetant son béret en l’air, en signe de joie, nous ne pouvions pas mieux tomber qu’ici. Tous au travail ! Vous, les filles, débrouillez-vous toutes seules pour monter vos tentes ; nous avons assez à faire avec notre marabout… »

   Ah ! ce diable de marabout, acheté un jour au marché aux puces de Lyon. Leur avait-elle donné du fil à retordre, cette vieille tente d’un modèle périmé de l’armée ! Ils n’avaient jamais pu, cependant, s’en séparer, à cause de son énorme cubage d’air, comme disait Gnafron, ou de son espace vital, selon Tidou. Mais quel travail pour la monter et l’arrimer contre vents et marées !

   Enfin, au bout d’une heure, le camp se trouva installé, les sacs vidés, les ustensiles rangés. Il était tard. Le soleil ne glissait plus dans la forêt que de rares rayons obliques. C’est que la caravane avait longtemps erré avant de découvrir ce coin idéal au milieu d’une clairière, à proximité d’une source si fraîche que les doigts devenaient gourds dès qu’on les y trempait.

 

2/   « Non, fit Gnafron, un garde forestier n’aurait pas agi de cette façon, comme un vandale… et un maraudeur, lui, aurait fouillé les tentes pour chiper ce qui avait quelque valeur ; par exemple le poste de radio de Bistèque.

   - Alors ? fit la Guille.

   - Je ne vois que l’Etranger, dit Gnafron. Naïvement,  nous cru qu’il ne nous avait pas vu au moment où il regardait dans notre direction. C’est faux. Il avait deviné que nous le suivions. S’il marchait vite, au retour, c’était pour nous distancer. En passant près de la clairière. Il a reconnu le marabout qu’il avait aperçu, hier, attaché sur nos machines.

   - Autrement dit, fit Mady, il aurait voulu nous intimider pour nous décourager de le suivre dans la forêt ? Pourtant, hier, il n’a pas caché qu’il s’intéressait aux maisons forestières.

 

3/   Résumé

   Un coup de feu éclate dans la forêt. Et voilà que Kafi, le chien des Six Compagnons, a disparu. Est-ce sur lui qu’on a tiré ?

   Tidou, la Guille, Gnafron, Bistèque, le Tondu et Mady sont désespérés : comment vont-ils annoncer à leur ami Corget, qui n’a pas pu venir camper avec eux dans le Vercors, la disparition de son cher Kafi ?

   Qui pouvait bien en vouloir à la pauvre bête ? Le jeune étranger qui rôde dans les parages en posant beaucoup trop de questions ? Ou les bûcherons qui viennent de s’installer un peu plus loin ? Vraiment bizarres, ces bûcherons : ils ont posé une antenne de télévision sur le toit de leur cabane…

 

Descriptif

Editions Hachette Bibliothèque Verte année 1969, Etat général Assez Bon, couverture rigide, tranche et dos un peu marqués et passés, pages jaunies, tranches des pages moyennement salies, livre relié d’occasion format poche de 12,6x17,7 cm, 192 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser