Le livre de poche

BUCK Pearl – La famille dispersée

Réf: re-ldp1409
2,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

La terre chinoise III

Traduction de S. CAMPAUX

Extraits

1/   « J’ai cru que je me sauvais parce que je ne voulais pas combattre contre mon père, mais à présent que je vous parle, madame, je vois que je me suis enfui surtout parce que je hais les tueries auxquelles mes camarades seront obligés de se livrer un jour, même pour leur bonne cause. Je ne puis pas tuer – je ne suis pas assez brave. Je le sais. La vérité est que je ne puis pas haïr suffisamment quelqu’un pour pouvoir le tuer. Je pense toujours à ce qu’il doit ressentir. »

   Il regarda humblement la dame, honteux de montrer sa faiblesse. Mais elle lui répondit tranquillement :

   « Il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir tuer, autrement nous serions déjà tous morts, mon fils »

   Et après une pause, elle reprit avec encore plus de bonté :

   « Je suis contente que vous ne puissiez pas tuer, Yuan. Il vaut mieux sauver la vie que de la prendre. C’est mon opinion bien que je ne serve point de dieu bouddhiste. »

   Mais ce ne fut que lorsque Yuan lui raconta avec une haine passionnée mêlée de honte, comment le Tigre avait voulu le marier à n’importe quelle jeune fille, que la dame laissa percer son émotion. Jusqu’à présent elle l’avait écouté avec bienveillance et sympathie, murmurant de temps à autres des petits mots d’assentiments quand il s’arrêtait un instant. Mais quand il baissa la tête en disant :

   « Je sais qu’il a le droit de le faire – Je connais la loi et la coutume – mais je ne peux supporter cela ! Je ne peux pas, je ne peux pas ! Je veux avoir la liberté de mon corps ! »

   Et troublé par le souvenir de sa haine contre son père et éprouvant le besoin de s’en confesser, il ajouta encore, car il voulait tout dire :

   « Je comprends presque les fils qui tuent leurs pères à notre époque – non que je puisse vraiment le faire – mais je comprends le sentiment de ceux dont la main est plus prompte que la mienne. »

 

2/   Résumé

   Afin que son fils Yuan puisse, après lui, conduire ses hommes à la victoire, Wang le Tigre l’a envoyé dans une école de guerre du sud, où l’on enseigne les méthodes importées d’Occident. Là-bas, Yuan apprend aussi les idées nouvelles. « A bas les traditions et la tyrannie familiale, vive la liberté » - c’est le mot d’ordre de la jeunesse.

   Par deux fois, Yuan s’enfuit pour se soustraire à la volonté de son père. Sa seconde fugue le met en contact avec les révolutionnaires, mais ce fils de guerrier a hérité de son grand-père Wang Lung l’amour de la terre. Cette « cause » dont tous parlent, est-ce bien la sienne ? Dans un pays en pleine métamorphose, un jeune homme cherche sa voie, perdu entre un monde qu’il refuse et un monde qu’il n’accepte pas encore, celui de la Chine moderne, dont Pearl Buck décrit magistralement les premiers pas au milieu des ruines des structures anciennes.

   La famille dispersée est le dernier volet de la célèbre trilogie où est dépeinte la Terre chinoise.

 

Descriptif

Editions Le Livre de poche 1409 année 1976 ISBN 225300975X, Assez Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos un peu marqués et moyennement passés, pages jaunies, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x16,7 cm, 448 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser