Le livre de poche

BUCK Pearl – La terre chinoise

Réf: re-ldp1367
2,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Traduction de Théo VARLET, couronnée par l’Académie Française

Préface de G. LEPAGE

Extraits

1/   Quand l’heure de la naissance approcha, il a dit à la femme :

   « Le moment venu il nous faudra quelqu’un pour t’aider… une sage-femme. »

   Mais elle secoua négativement la tête. Elle était en train de débarrasser les bols après le repas du soir. Le vieillard était parti se coucher,, et ils restaient à eux deux seuls dans la nuit, éclairés uniquement par la flamme vacillante d’une petite lampe de fer-blanc garnie d’huile de fèves, dans laquelle trempait en guise de mèche un tortillon de coton.

   « Tu ne veux pas de sage-femme ? » demanda-t-il consterné.

   Il avait commencé à prendre l’habitude de ces conversations où elle bornait à peu près son rôle à esquisser un geste de la tête ou de la main, et où tout au plus une fois par hasard un mot tombait à regret de sa large bouche. Il en était même arrivé à ne plus percevoir les lacunes de ce mode d’entretien. Il reprit :

   « Mais ce sera bizarre de n’être que deux hommes dans la maison ! Ma mère a eu une sage-femme du village. Je ne connais rien à ces choses-là. N’y a-t-il personne dans la grande maison… une vieille esclave avec qui tu étais amie… qui pourrait venir ? »

   C’était la première fois qu’il faisait allusion à la maison d’où elle venait. Elle se tourna vers lui d’un air qu’il ne lui avait jamais vu, ses petits yeux en amande étaient dilatés, son visage animé d’une sourde colère.

   « Non, personne de cette maison-là ! » lui cria-t-elle.

   Il laissa tomber sa pipe, qu’il était en train de bourrer, et considéra fixement la femme. Mais déjà elle avait recouvré son visage habituel et elle ramassait les bâtonnets comme si elle n’avait rien dit.

 

2/   Résumé

   Quelle aide serait pour un paysan pauvre une jolie femme tout occupée de sa beauté et de ses toilettes au lieu de travailler avec lui dans les rizières ? dit sagement le père de Wang Lung quand celui-ci atteint l’âge de se marier. Il lui choisit donc comme épouse une esclave « ni jeune ni belle » appartenant à la noble Maison de Hwang.

   O-Len est laide, taciturne, mais robuste et courageuse. Une fois finis les travaux du ménage, elle seconde son mari aux champs et c’est à peine si elle interrompt une journée son labeur quand elle doit mettre au monde un enfant.

   Ainsi croit la prospérité de Wang Lung qui devient le propriétaire de la maison où O-Len vécut en esclave. Mais O-Len n’y entrera pas avec ce fils de la terre chinoise dont P. Buck raconte l’ascension sociale et les tribulations dans ce roman célèbre, premier d’une trilogie qui retrace de façon magistrale la vie et les mœurs de la Chine du XIXe siècle.

 

Descriptif

Editions Le Livre de poche 1367 année 1977 ISBN 2253005509, Assez Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos un peu marqués et moyennement passés, pages jaunies, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x16,7 cm, 512 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser