Librairie des Champs-Elysées

CARR John Dickson – L’homme en or

Réf: pt-lm1917
1,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « The gilded man» J.D. CARR 1942

Traduit de l’anglais par Jean LORIOT

Extraits

1/   Le cambrioleur ne tenta pas de pénétrer dans la maison avant 3 heures un quart.

   D’après le calendrier, la lune devait se coucher à 3 heures et demie. Sur le point de disparaître, elle répandait maintenant sa lumière glaciale tout autour de la demeure qui était désignée sur le papier à lettres sous le nom de Waldemere, mais que Flavia Venner avait appelée la Maison du Masque.

   C’était une maison imposante. Carrée, d’un seul bloc, avec une petite tour octogonale à chaque extrémité de la façade, elle était bâtie en grosses pierres grises polies. Nous qualifions aujourd’hui cette architecture de gothique victorienne parce que le toit et les tours sont surmontés de faux créneaux. Au-dessus, s’élevaient un étage mansardé et une coupole qui portait un mât de pavillon. Sur le devant, un par cet une haute clôture de grilles séparaient la demeure de la route de Tunbridge Wells. Sur la face postérieure, trois étages de fenêtres reflétaient la lune et son éclat glacial.

   Le cambrioleur consulta sa montre.

   Il était presque l’heure.

   Comparée à l’immensité des collines, cette maison n’était rien. Mais vue au milieu de son terrain, on pourrait dire au milieu de son marécage, elle retenait l’attention. D’un côté s’élevait le dôme de la serre, - du fer et du verre avec un toit arrondi. Derrière elle s’étendait le jardin d’agrément, qui à cette époque consistait seulement en renflements bruns raidis sous la gelée et la désolation. Trois marches menaient à la pelouse de croquet. La lueur blafarde de la lune s’attardait sur les fenêtres après avoir traversé la pelouse et s’être posée inerte sur les tas de terre gelée, les transformant en quelque chose de sauvage et de pétrifié : on aurait dit la lune éclairant la lune.

 

2/   Résumé

   Dwight Stanhope serait-il à court d’argent ? Beaucoup de gens se posent la question, à la Maison du Masque. Sinon, pourquoi l’homme d’affaires réputé richissime, propriétaire d’une inestimable collection de tableaux aurait-il descendu celle-ci de la galerie où elle était exposée dans la salle à manger, où elle n’est plus protégée ? Aucune alarme, des portes-fenêtres ouvrant directement sur la pelouse… Autant inviter les cambrioleurs à venir décrocher sans façon la toile du Gréco, joyau de la collection !

   Dwight Stanhope espère-t-il vraiment escroquer les assurances… ou bien serait-il devenu fou ?

   Une enquête de Sir Henry Merrivale, rééditée pour la première fois depuis sa parution en 1947.   

 

Descriptif

Editions Librairie des Champs-Elysées Le Masque 1917 année 1988 ISBN 2702418007, Assez Bon état général, couverture souple, tranche et dos un peu passés et marqués, intérieur jauni, tranches des pages moyennement salies, livre d’occasion broché format poche de 11,3x16,6 cm, 256 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser