Librairie des Champs-Elysées

CARR John Dickson – Le secret du gibet

Réf: pt-lm2016
1,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « The lost Gallows » John Dickson Carr, 1931

Traduit de l’américain par Danièle GRIVEL

Extraits

1/   Nous étions alors à l’angle de Jermyn Street, à proximité de Piccadilly. Il y avait peu de piétons – heureusement d’ailleurs, car je ne regardais pas où je mettais les pieds. Un policier avait arrêté la circulation et je vis mes compagnons traverser la rue. J’allais juste les suivre quand, dans la lueur d’un réverbère, j’aperçus sir John qui se retournait en agitant sa canne :

   - Attention ! cria-t-il.

   Son exclamation me fit retrouver mes esprits. Je sautai en arrière et faillis tomber. Contrairement aux autres, une voiture n’avait pas tenu compte du signal de l’agent et débouchait sans bruit de Jermyn Street. Déformée par le brouillard, elle avait un aspect infernal et ses phares bondirent sur moi comme je reculai. J’entendis le hurlement du sifflet du policier, puis la longue limousine verte me rasa à toute vitesse en s’engageant dans Haymarket.

   Mais ce n’est pas ce qui me cloua sur place, tremblant d’horreur. Au moment où la voiture était passée devant moi, j’avais eu le temps d’entrevoir le visage du chauffeur.

   Et le chauffeur de cette voiture était mort.

   Bien que fugitive, cette vision hideuse restait vivace. Au travers de la brume, son visage avait presque frôlé le mien. C’était un Noir immense, en livrée, dont la peau brune était devenue grise. Les yeux grands ouverts et la mâchoire pendante, sa tête penchait sur son épaule droite et sa gorge était coupée d’une oreille à l’autre… Et pourtant, la limousine continuait sa route dans Haymarket. Cette automobile était celle d’El Moulk. Je me rendis compte alors que mon chapeau avait roulé dans la boue. Debout, en plein milieu de Jermyn Street, je vociférai des insultes d’une voix que j’eus de la peine à reconnaître.

 

2/   Résumé

   Aucun doute, c’est bien la Minerva de Nezam El Moulk qui fonce dans Haymarket, manquant faucher Bencolin et ses amis. Et aucun doute, le chauffeur qui tient le volant est bien mort. Même un rapide coup d’œil suffit à s’en persuader : le malheureux à la gorge tranchée d’une oreille à l’autre… Pourtant, il faut bien l’habileté d’un taxi chevronné pour que Bencolin parvienne à filer la limousine dans la circulation intense. Quand la Minerva termina enfin sa course folle devant le Bristone – un club à la réputation sulfureuse – Bencolin doit se rendre à l’évidence : le frein à main a été tiré, le contact coupé, et cependant, hormis le cadavre déjà raide, la voiture est vide. Il n’y a, à la place du passager, qu’une canne en ébène et une paire de gants blancs…

 

Descriptif

Editions Librairie des Champs-Elysées Le masque 2016 année 1990 ISBN 2702420524, Assez Bon état général, couverture souple, tranche et dos un peu passés et marqués, intérieur un peu passé, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x16,7 cm, 256 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser