Flammarion

CARS Guy des – La corruptrice

Réf: rf-fgdcc
4,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Extrait

1/   Comme je l’avais décidé la veille, j’ai commencé ma tournée par une visite au château. J’éprouvai une curieuse sensation à franchir le portail d’entrée en voiture… C’était bien la première fois que je pénétrais dans ce parc tant convoité quand j’étais quand j’étais enfant et que je m’approchais de ce château devenant de plus en plus pour moi celui de la Belle au Bois Dormant… Celle-ci m’accueillit avec beaucoup de simplicité sous les traits de Christiane. Je la retrouvai telle que je me l’étais toujours imaginée pendant cette séparation qui, pour moi, avait été interminable : elle m’apparut encore plus belle, plus désirable surtout… Elle se tenait droite dans le petit salon où la femme de chambre m’avait introduit après que je me fus nommé. Les yeux noirs, aux cils immenses, se posèrent aussitôt sur les miens… Le regard n’avait pas changé – il ne changerait jamais pour moi, je le savais déjà – avec sa sensualité un peu lourde… C’était toujours le regard d’une amoureuse dans l’attente… C’étaient aussi, par moments, les yeux d’une jeune fille qui n’ont rien perdu de leur luminosité et semblent ne pas s’être attachés au visage déjà disparu de celui dont elle portait le nom… C’était la jeune veuve.

   Les cheveux que j’avais encore connus flous, le soir de 1939, où nous nous étions dit au revoir sans nous douter que tant de choses nous sépareraient ensuite, étaient noués en un catogan d’’ébène descendant très bas sur la nuque. C’était charmant. La silhouette enfin était bien restée celle de la Christiane que j’avais adorée – et que j’aimais toujours – mais l’attitude était devenue celle d’une femme.

 

2/   Résumé

   Guy des Cars présente avec La Corruptrice, l’analyse d’un cas profondément humain, celui d’une âme ardente mais frustrée du bonheur auquel tout être a droit, qui en veut néanmoins sa part, et que cette recherche désespérée conduira au crime.

   La docteur Fortier a engagé, en qualité d’infirmière, Marcelle Davois, au physique assez ingrat mais pourvue d’une remarquable compétence professionnelle. Cette femme, qui n’a jamais connu l’amour, ne tarde pas à éprouver pour son jeune patron une passion d’autant plus violente qu’elle reste secrète.

   Mais Fortier prend pour maîtresse une jeune veuve, Christiane. Marcelle surprend un jour les deux amants enlacés. Apprenant sur ces entrefaites qu’elle est atteinte d’un mal incurable, la malheureuse ne se préoccupe pas de sa santé gravement compromise : toute à sa passion tardive, elle n’hésite pas à mettre en œuvre un plan machiavélique pour contaminer l’entourage du jeune médecin, et prendre ainsi sur la vie, sur la beauté et sur l’amour une revanche désespérée. On assiste haletant à cette course à l’amour en se demandant si la mort la gagnera de vitesse, et l’on est partagé entre l’horreur et la pitié.

   Ce sujet intensément dramatique est traité avec une force et une sobriété qui sont la marque du grand talent de Guy des Cars.

 

Descriptif

Editions Flammarion de 1952, Etat Assez Bon, couverture souple, tranche et dos passés et marqués, pages jaunies, tranches des pages moyennement salies, livre d’occasion broché grand format de 12,3x18,8 cm, 270 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser