Le livre de poche

FLAUBERT Gustave – L’éducation sentimentale

Réf: rf-ldp1499
2,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

 

Introduction de Maurice BARDECHE

Extrait

1/   Introduction

   L’Education sentimentale, qui parut en 1869, est le troisième et le dernier roman que Flaubert ait eu le temps de terminer. L’œuvre peu abondante de Flaubert paraissait s’orienter, à chaque publication nouvelle, dans une direction imprévue. Après Madame Bovary, « scène de la vie de province », comme eût dit Balzac, L’éducation sentimentale apparaissait d’abord comme une « scène de la vie parisienne ». Mais le changement réel est plus profond. Madame Bovary était le roman d’une province sans histoires et sans inquiétudes, aucun second plan, aucun lointain ne s’échelonnaient derrière les personnages, il n’y avait qu’un fond sonore et un coloris, des prairies, des ciels, les mugissements des bœufs. Avec L’Education sentimentale, Flaubert invente le roman-chronique qui est, en réalité, une formule romanesque du XXe siècle. Le roman se passe en 1848 et les cris, les piétinements, les salves forment un bruit de fond dramatique qui couvre souvent les voix timides des personnages. Les pensées, les paniques, les espérances ne sont elles-mêmes qu’un héritage, les événements remuent une espèce de vase qui se mêle à tout, celle qu’ont déposée l’égoïsme et la sottise du régime bourgeois de la monarchie de Juillet. C’est trente ans d’histoire qui sont évoqués et jugés, pas seulement des pétards qu’on entend tout le long du roman.

 

2/   En entrant dans la serre, il vit, sous les larges feuilles d’un caladium, près le jet d’eau, Delmar, couché à plat ventre sur le canapé de toile ; Rosanette, assise près de lui, avait la main passée dans ses cheveux et ils se regardaient. Au même moment, Arnoux entra par l’autre côté, celui de la volière. Delmar se leva d’un bond, puis il sortit à pas tranquilles sans se retourner ; et même, s’arrêta près de la porte, pour cueillir une fleur d’hibiscus dont il garnit la boutonnière. Rosanette pencha le visage ; Frédéric, qui la voyait de profil, s’aperçut qu’elle pleurait.

   - Tiens ! Qu’as-tu donc ? dit Arnoux.

   Elle haussa les épaules sans répondre.

   - Est-ce à cause de lui ? reprit-il.

   Elle étendit les bras autour de son cou et, le baisant au front, lentement.

   - Tu sais bien que je t’aimerai toujours, mon gros. N’y pensons plus ! Allons souper.

 

Descriptif

Editions Le Livre de poche 1499 de 1981 ISBN 2253010693, Assez Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos moyennement passés et marqués, pages jaunies, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x16,7 cm, 520 pages

 



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser