Grasset

GRIPARI Pierre – Contes de la rue Broca – La fée du robinet et autres contes

Réf: j-gjlp3
2,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Dans ce livre

- La fée du robinet

- Scoubidou, la poupée qui sait tout

- Le prince Blub et la sirène

- Histoire de Lustucru

 

Extraits

1/   extrait de « La fée du robinet »

   Mais laissons pour l’instant Martine à son triste sort, et revenons chez ses parents.

   La jeune sœur de Martine, qui était sage et bonne, avait été profondément impressionnée par toute cette histoire, et n’avait pas la moindre envie de rencontrer la fée du robinet. Cependant les parents, qui regrettaient amèrement la fuite de leur aînée, lui disaient chaque jour :

   - Tu sais, si tu as soif, la nuit, rien ne t’empêche de te lever pour aller boire un verre d’eau à la cuisine…

   Ou encore :

   - A présent, tu es une grande fille. Tu pourrais bien faire quelque chose pour tes parents. Après tout ce que nous avons fait pour toi… Mais Marie (j’ai oublié de dire qu’elle s’appelait Marie) faisait semblant de ne pas comprendre.

   Un soir, sa mère eut une idée. Elle servit à dîner une soupe aux pois cassés, des filets de hareng, du petit salé aux lentilles et, pour finir, du fromage de chèvre, de sorte que, la nuit suivante, Marie ne put dormir tellement elle avait soif. Pendant deux heures elle resta dans son lit, à se répéter :

   « Je n’irai pas dans la cuisine. Je n’irai pas dans la cuisine… »

   Mais pour finir elle y alla, en espérant que la fée ne sortirait pas.

 

2/   Extrait de « Scoubidou, la poupée qui sait tout »

   Il était une fois un petit garçon qui s’appelait Bachir. Il avait une poupée en caoutchouc qui s’appelait Scoubidou, et un papa qui s’appelait Saïd.

   Saïd était un bon papa, comme nous en connaissons tous, mais Scoubidou, elle avait des pouvoirs magiques. Elle marchait, elle parlait, comme une personne. De plus elle pouvait voir le passé, l’avenir, et deviner les choses cachées. Il suffisait pour cela, qu’on lui bande les yeux.

   Souvent, elle jouait aux dominos avec Bachir. Quand elle avait les yeux ouverts, elle perdait toujours, car Bachir jouait mieux qu’elle. Mais quand il lui bandait les yeux, c’était elle qui gagnait.

   Un beau matin, Bachir dit à son père :

   - Papa, je voudrais un vélo.

   - Je n’ai pas assez d’argent, dit Papa Saïd. Et puis si je t’achète un vélo maintenant, l’année prochaine, tu auras grandi, et il sera trop petit. Plus tard, dans un an ou deux, nous en reparlerons.

   Bachir n’insista pas, mais le soir même il demandait à Scoubidou :

   - Dis-moi, toi qui voit tout : quand est-ce que j’aurai un vélo ?

   - Bande-moi les yeux, dit Scoubidou, et je vais te le dire.

   Bachir prit un chiffon et lui banda les yeux. Scoubidou déclara aussitôt :

   - Je vois un vélo, oui… mais ce n’est pas pour tout de suite… C’est dans un an ou deux…

   - Pas avant ?

   - Pas avant !

Descriptif

Editions Grasset Jeunesse lampe de poche 3 de 2008 ISBN 9782246536710, Bon état général, couverture souple, tranche et dos très légèrement passés et marqués, intérieur frais, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 13,2x18,2 cm, 112 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser