Le Seuil

GUILLEBAUD Jean-Claude – Le commencement d’un monde

Réf: ess-sjcgcm
5,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Extrait

1/   Depuis quinze ans, une idée fausse habite le monde : celle du « choc des civilisations ». Elle a résisté aux critiques les mieux argumentées, aux démentis les moins discutables. Fondée sur une interprétation des seules apparences, elle a survécu année après année à ses propres contradictions. Le paradoxe est si flagrant qu’il invite à s’interroger sur la responsabilité inaugurale des « experts » dans la conduite des affaires planétaires. En effet, non seulement cette idée fausse gouverne encore les consciences de nombreux décideurs, mais elle continue de justifier les politiques les plus belliqueuses et les discours les plus insensés. Ni la guerre en Irak ni les entreprises des néo-conservateurs américains n’eussent été possibles si cette idée n’avait pas progressivement imprégné les esprits au point d’apparaître comme une grille de lecture « raisonnable ». Tout s’est passé comme si les voix innombrables qui, dès l’origine, ont dénoncé l’absurdité de cette thèse avaient été aussitôt couvertes par le tintamarre des propagandes.

   Qu’est-il donc arrivé ?

   Pareille défaillance de l’intelligence critique mérite d’être examinée avec un peu de précision. On ne peut se contenter – comme on le fait un peu trop souvent en Europe – d’un haussement d’épaules à chaque évocation de ce faux paradigme. Il faut tenter de répondre à trois questions simples. Pourquoi cette théorie a-t-elle pu sembler pertinente ? En quoi elle ne l’était pas ? Comme a-t-elle connu et connaît-elle encore, malgré tout, un tel succès ?

 

2/   Résumé

   Nous sommes au commencement d’un monde. Vécu dans la crainte, ce prodigieux surgissement signe la disparition de l’ancien monde, celui dans lequel nous sommes nés. Pourtant, la sourde inquiétude qui habite nos sociétés dont être dépassée. Le monde « nouveau » qui naît sous nos yeux est sans doute porteur de menaces mais plus encore de promesses. Il correspond à l’émergence d’une modernité radicalement « autres ». Elle ne se confond plus avec l’Occident comme ce fut le cas pendant quatre siècles. Une longue séquence historique s’achève et la stricte hégémonie occidentale prend fin. Nous sommes en marche vers une modernité métisse.

   Deux malentendus nous empêchent de prendre la vraie mesure de l’événement. On annonce un « choc des civilisations », alors même que c’est une rencontre progressive qu’il s’agit. On s’inquiète d’une aggravation des différences entre les peuples, quand les influences réciproques n’ont jamais été aussi fortes. Le discours dominant est trompeur. En réalité, au-delà des apparences, les « civilisations » se rapprochent les unes des autres. De l’Afrique à la Chine et de l’Inde à l’Amérique latine, Jean-Claude Guillebaud examine posément l’état des grandes cultures en mouvement, pour décrire l’avènement prometteur et périlleux d’une véritable modernité planétaire. Ce rendez-vous pourrait connaître des revers et engendrer des violences. Il est pourtant inéluctable et sans équivalent dans l’histoire humaine.

 

Descriptif

Editions Le seuil année 2008 ISBN 9782020967075, Assez Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos un peu passés et marqués, intérieur assez frais, tranches des pages moyennement salies, livre d’occasion broché grand format de 15,5x24,2 cm, 400 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser