Calmann-Lévy

HARRIS Thomas – Cari Mora

Réf: pt-clthcm
5,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « Cari Mora » Tomas Harris, 2019

Traduit de l’américain par Bernard COHEN 

Extrait

1/   En descendant l’allée dans le pick-up de Bobby Joe, Hans-Peter Schneider et son homme de main se retrouvent bloqués par la camionnette des jardiniers. Bobby Joe roule carrément à travers la pelouse et les parterres de fleurs pour arriver à l’entrée principale.

   Le véhicule est équipé d’un bras de grue, d’un faux arceau de sécurité en plastique chromé et d’une paire de testicule en caoutchouc TruckNutz pendue à la barre d’attelage. L’autocollant sur les pare-chocs proclame : « Si j’avais su la suite, j’aurais cueilli mon coton moi-même. »

   Felix est là pour les accueillir. Il retire son panama à la hâte.

   - Patron.

   - Qui a fait la découverte ?

   Schneider se dirige déjà vers le jardin en front de mer. Il est tout de lin vêtu à cause de la chaleur, avec es Nike en simili cuir noir assorties à son bracelet de montre.

   - Ce vieux type qui enlevait les mauvaises herbes. ‘D’un geste, Felix montre Benito, en train de recharger des outils dans son van avec les autres jardiniers.) Il ne sait rien. Je me suis occupé de lui.

   Hans-Peter observe Benito un long moment avant d’ordonner :

   - Montre-moi ce trou.

   Arrivés près de la digue, Felix et Bobby Joe traînent la lourde pierre de côté. Hans-Peter fait un pas en arrière, secouant une main devant son nez. Felix lui montre sur un iPad la photo qu’il a prise à l’intérieur du puits.

   La mer est passée sous la digue, finissant par creuser en contrebas de l’esplanade une caverne qui s’étend presque jusqu’à la villa. Des racines d’arbre ont crevé le plafond et pendent comme des lustres tortueux. Des colonnes couvertes de bernacles supportent ici et là le sol du jardin. A ce stade de la marée, il ne reste qu’un peu plus d’un mètre entre le niveau de l’eau et le contrefort supérieur de la cavité. Au milieu, l’érosion a exposé la moitié d’une barge de gravier jadis échouée là, comme un symbole de tout le dragage et le remblayage à l’origine de Miami Beach.

   Tout au fond, le flash du téléphone a vaguement éclairé un cube plus gros qu’un réfrigérateur, aux parois luisantes, pratiquement collé aux fondations de la maison. Felix pose deux doigts sur l’écran de la tablette et les écarte pour agrandir l’image. A côté de ce cube, à la lisière de l’eau, reposent un crâne humain et le train arrière d’une carcasse de chien.

 

2/   Résumé

   Des lingots d’or sommeillent depuis des années sous l’ancienne villa de Pablo Escobar à Miami Beach. Gangs et malfrats se battent pour mettre la main dessus.

   Aujourd’hui, c’est au tour du maléfique Hans-Peter Schneider de tenter sa chance. Mais c’était sans prévoir la présence de la sublime Cari Mora, qui veille sur les lieux. En matière de violence et d’armes à feu, personne n’a rien à lui apprendre.

   Entre désirs et instinct de survie, avidité et obsessions macabres, le mal se faufile à chaque page. Aucun auteur de ces dernières décennies n’aura autant exploré les démons. Thomas Harris, au talent terrifiant, revient ici avec un sixième roman événement.

 

Descriptif

Editions Calmann-Lévy année 2019 ISBN 9782702166727, Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos légèrement marqués, intérieur frais, tranches des page un peu salies, livre d’occasion broché grand format de 15,8x23,8 cm, 304 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser