HEATH Monica – La première fiancée

Réf: re-emcdmhpf
1,20 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « The legend of Blackhurst »

Extrait

1/   Je m’éveillai au lugubre gémissement de la corne de brume le jour où je reçus cette étrange lettre de ma mère. Par la fenêtre, je vis, perché sur le fil électrique du tramway, un pigeon noir et déplumé qui penchait la tête. L’oiseau me regardait à travers la vitre embuée de ses yeux de braise, puis il s’envola et disparut dans le brouillard.

   Aujourd’hui, me souvenant de ce triste matin gris, l’imagine que l’oiseau était un présage, un noir messager de malheur.

   A ce moment, cependant, je ne me souciais que de ma mère. Il y avait près de trois semaines que j’étais sans nouvelles d’elle et ma première pensée, ce matin-là, avait été pour elle ; j’avais prié pour qu’une lettre me parvint enfin.

   Lorsque ma tante, Seena Verret, avait demandé à ma mère de venir l’aider à soigner mon père, nous savions toutes les deux que celui-ci avait peu de chance de se remettre. Mais ma mère n’était pas femme à manquer à ses devoirs.

   J’étais extrêmement inquiète… J’avais tenté à plusieurs reprises d’avoir ma mère au téléphone, mais chaque fois la téléphoniste de Saint-Bridges m’avait indiqué qu’il était impossible d’avoir la communication : la ligne de Blackhurst avait été coupée durant la tempête. La téléphoniste avait semblé trouver cela très naturel.

   J’avais donc écrit à ma mère ; plusieurs fois, mais n’avais pas reçu de réponse.

 

2/   C’était à l’instant précis où je poussais ce cri d’effroi que les lumières se rallumèrent. Je devais penser un peu plus tard que cette brève panne avait été provoquée. Car maintenant, c’était cette chose, sur mon oreiller, qui retenait toute mon attention. Même si je l’avais à peine entrevu précédemment, je reconnaissais sans aucune peine le pistolet de duel que cette parente du temps passé avait utilisé pour tuer le soldat yankee qui avait osé s’introduire dans sa chambre. Il était là, le canon pointé directement sur l’endroit où j’avais posé ma tête un instant plus tôt.

   La vue de ce pistolet produisit un effet paralytique sur mes nerfs déjà éprouvés. Pendant quelques instants, je ne fus plus capable que de rester là, à le regarder fixement, frappée par la certitude affolante que quelqu’un était entré pendant que j’étais dans la salle de bains, et avait pris le pistolet dans son tiroir pour le poser sur mon oreiller, où je ne pouvais manquer de le voir.

 

Descriptif

Editions Mondiales Collection Delphine année 1978 ISBN 2707433802, Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos un peu passés et marqués, pages moyennement jaunies, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x17,8 cm, 224 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser