J'ai lu

HOLDER Nancy – L’appel des profondeurs

Réf: fh-jalt4864
2,00 € TTC
 Hors stock
Ajouter au panier
Description
Avis
En rapport avec ce produitAutres produits

Titre original « Dead in the water »

Traduit de l’américain par Isabelle MAILLET

Extrait

1/   Stupéfaite, Donna écarquilla les yeux. Quelques instants plus tôt, on ne distinguait que les eaux noires et agitées ; à présent, un tourbillon de brume s’élevait au-dessus des flots, tournoyant tel un nuage de vapeur. Eclairé par la lune, il luisait d’une clarté blanchâtre et s’épaississait à une rapidité incroyable. Des volutes s’élançaient vers le ciel, s’étendaient à l’est, à l’ouest, dessinaient des boucles en touchant la mer. On aurait dit une énorme bûche d’une longueur impressionnante ou la frange d’écume sur la crête d’une vague monstrueuse. Pour les fantômes.

   - Bizarre, marmonna Donna.

   - C’est venu d’un coup. En moins de dix secondes. Je le sais, j’avais le nez sur l’écran du radar.

   Donna perçut la tension soudaine dans la voix de John, l’expression de malaise dans son regard.

   Les feux de navigation du Morris projetaient sur le mur de brouillard des sphères de couleurs différentes évoquant des têtes sans visages et sans corps.

   - Il y en a un sacré paquet, reprit John.

   « Hé, j’ai vu le film, moi aussi, eut-elle envie de lancer pour détendre l’atmosphère. Mis en scène par John Carpenter, avec Adrienne Barbeau (Barbante, comme disait Glenn). Ça raconte une histoire de brouillard maléfique qui envahit une ville. Mais pas de problème, tout se termine bien. Faites-moi confiance. »

   Même si ça saigne pas mal avant, hé, hé !

   Mais après réflexion, elle n’était pas certaine que Jon apprécierait la plaisanterie. Il semblait vidé, lui aussi, inquiet et à bout de forces. Pas d’humeur à rire, de toute évidence.

 

2/   Ramon se mit à arpenter la pièce. Le sol était couvert de poussière ; sur un mur d’un blanc terne était fixé un poster des Guns N’Roses, l’un de matelots du Morris avait le même dans sa cabine. Et pour tout mobilier, une étagère vide. Difficile de croire qu’il y avait des cabines inoccupées sur ce bateau. En fait, Ramon n’avait jamais mis les pieds sur un navire qui ne fût pas surchargé de marchandises et d’êtres humains.

   Personne n’allait donc lui apporter à manger ? se demanda-t-il soudain. Il mourait de faim. De plus, il avait dû pisser à même le sol. Chingada.

   Hijo, dire qu’il ne savait même pas ce qu’il y avait dans ces foutus tonneaux… Comme d’habitude, il s’était contenté de détacher les câbles et d’embarquer les fûts. C’était la douzième fois qu’il effectuait l’opération, la douzième fois qu’il touchait la prime de mille dollars. Douze mille dollars, et aujourd’hui il était fait comme un rat, hombre.

 

3/   Résumé

   Avez-vous jamais pensé que vous pourriez vous noyer ?

   Dommage, car telle est votre destinée. Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas si douloureux. Et vous ne ferez pas le voyage en solitaire puisqu’ils sont déjà tous à bord : John, le médecin, et Matt son petit garçon ; Ruth, la vieille dame ; Phil et Elise, les époux terribles ; et aussi Donna, flic de choc au cœur tendre. En route pour Hawaï, pensent-ils. Sauf qu’ils n’arriveront jamais à destination. Parce que c’est moi, le capitaine. Depuis des siècles, je sillonne les mers sur mon vaisseau fantôme avec mon équipage de défunts. Et je lis dans le cœur des hommes, je me sers de leurs désirs pour les détruire.

   Mais je sens que ces six-là vont me donner du mal…

 

Descriptif

Editions J’ai lu Ténèbres 4864 année 1998 ISBN 229004864X, Etat général Moyen, couverture souple, tranche et dos passés et marqués, pages jaunies, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x17,8 cm, 512 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser