Le livre de poche

JAMES P.D. – Sans les mains

Réf: pt-ldp6699
1,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « Unnatural causes »

Traduit de l’américain par Lisa ROSENBAUM

Extrait

1/   Ce même après-midi, peu avant deux heures, le superintendant Adam Dalgliesh de Scotland Yard garait sa Cooper Bristol sur le bord herbeux de la route, devant l’église de Blythburg. Puis il entrait dans l’édifice par le portail nord, plongeant dans la blancheur froide et argentée d’une des plus jolies églises du Suffolk. Il se rendait à Monksmere Head, au sud de Dunwich, pour y passer dix jours e vacances chez une tante célibataire, seul membre restant de sa famille. Blythburg serait son dernier arrêt. Il avait quitté son appartement de la City avant que Londres s’éveille et, au lieu de prendre la route directe de Monksmere par Ipswitch, il avait filé sur Chelmsford, au nord, pour déjeuner à Long Melford, il avait tourné à l’ouest à Lavenham, puis roulé lentement, au gré de son caprice, à travers le paysage or et vert de ce comté que l’homme n’avait pas encore gâté. Son humeur se serait parfaitement accordée à la beauté de cette journée, n’eût-il été tracassé par un problème personnel. Une décision d’ordre privé qu’il avait repoussée jusqu’à ses vacances. Allait-il demander à Deborah Riscoe de l’épouser ?

 

2/   D’accord elle n’a pas de mobile évident. Mais cela importe peu. En dépit de ce qu’il avait dit ce matin même à sa tante, Dalgliesh savait parfaitement que le mobile était secondaire, un policier qui cherchait méthodiquement le « où » le « quand » et le « comment » aboutissait nécessairement au « pourquoi ». L’ancien supérieur de Dalgliesh disait souvent que l’amour, le désir, la haine et le lucre englobaient tous les mobiles d’un meurtre. En apparence, c’était vrai. Mais la motivation pouvait être aussi variée et complexe que la personnalité humaine. Avec l’expérience qu’il avait dans le domaine de l’horreur, Reckless devait déjà être en train de passer en revue dans son esprit toutes les affaires criminelles où la suspicion, la solitude ou une haine viscérale avaient contenu en germe la violence et la mort.

   Dalgliesh fut soudain saisi d’une si grande colère que, pendant quelques instants, il en demeura suffoqué, presque hébété. La fureur traversa son corps comme une nausée, le laissant pâle et tremblant de dégoût. Celui lui évita de dire les pires sottises, de se répandre en sarcasmes ou de répondre bêtement que, bien entendu, sa tante ne parlerait qu’en présence de son avocat. Elle n’avait pas besoin d’un avocat. Elle l’avait, lui. Ah ! Il allait passer de drôles de vacances.

   On entendit soudain un grincement de roues. Sylvia Kedge manœuvra son fauteuil roulant à travers la porte-fenêtre, et l’amena à côté d’eux. Sans dire un mot, elle scruta le sentier qui menait à la route. Les eux hommes suivirent son regard. Une fourgonnette rouge vif traversait le promontoire à toute allure et se dirigeait vers la maison.

 

3/   Résumé

   « Le cadavre aux mains coupées reposait au fond d’un canot à voile qui dérivait tout près de la côte du Suffolk. C’était le corps d’un homme entre deux âges, un petit cadavre pimpant. » Cet homme, c’est – ou plutôt – c’était Maurice Seton, un célèbre auteur de romans policiers. Pourquoi l’a-t-on assassiné ? Qui est l’auteur de cette macabre mise en scène ? Adam Dalgliesh mène l’enquête avec l’autorité et la subtilité que connaissent désormais les lecteurs de P.D. James, l’auteur de Un certain goût pour la mort.

 

Descriptif

Editions Le Livre de poche 6699 année 1990 ISBN 225305156X, Assez Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos un peu passés et marqués, pages moyennement jaunies, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x16,8 cm, 288 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser