Pocket/Presses Pocket

KENNEDY Douglas – Les désarrois de Ned Allen

Réf: re-p10917
2,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « The Job » Douglas Kennedy, 1998.

Traduit de l’américain par Bernard COHEN

Extrait

1/   Quand j’ai quitté le bureau, il était sept heures et demie. A New York, c’est un moment de la journée où l’apparition d’un taxi est à peu près aussi courante que celle d’un troupeau de chevreuil sur la 3e Avenue, un moment où le flux contradictoire des cinéphiles en retard et des cadres pressés de rentrer chez eux se télescope au passage de la première voiture jaune, chacun adressant une gestuelle suppliante à la multitude de chauffeurs qui ont fini leur journée et ne sont aucunement tentés par une dernière course.

   Il s’était mis à neiger un peu, circonstance qui faisait passer les probabilités de trouver un tacot de zéro à moins que zéro. Résigné, j’ai relevé le col de mon manteau et je suis parti vers le nord sur la 3e Avenue, neuf pâtés de maison avant d’obliquer à l’ouest par la 55e. En route, je me suis débrouillé pour joindre sur mon portable Dave Maduro, noble représentant dans le Massachussetts. Il était quelque part au sud de Worcester, bloqué dans les embouteillages de la I-290.

   « Mon maître me demande ? a-t-il lancé en reconnaissant ma voix.

   - J’attendais un coup de fil de vous. Dave, ai-je répliqué posément.

   - Vous savez bien que je suis resté avec Jack Drabble tout l’après-midi chez InfoCom.

   - Et donc ?

   Soupir.

   - Et donc, on n’y est pas encore !

   - Y a un blême ?

   - Il veut toujours pas s’engager sur le cahier pour juin. »

   Oui. Pas étonnant que Dave m’ait eu l’air tellement à cran. Un « cahier », c’est un supplément publicitaire encarté, de six pages, que nous essayons de publier à chaque numéro. Comme il se négocie dans les 210 000 dollars, dernier prix, c’est, pour mes gars, l’aboutissement suprême, l’extase absolue. Et Dave faisait le siège d’InfoCom depuis des mois.

 

2/   « C’était sans doute du bluff, Ned.

   - Ce mec ne bluffe pas. Je t’assure.

   - Il aime le pouvoir, donc…

   - S’il aime le pouvoir, Lizzie ? Il se damnerait pour, oui ! Il en a autant besoin qu’un camé a besoin de crack.

   - Eh bien, c’est juste sa manière de te signifier qui, de vous deux, a la plus grosse zigounette. D’après li, évidemment.

   - Si le canard perd GBS et si on me juge responsable de ça, je t’assure que…

   - Vous n’allez jamais perdre GBS. Vous êtes un support essentiel, pour eux. Ils…

   - C’est un enfoiré, Lizzie, et venimeux en plus.

   - Attends jusqu’après Noël ; qu’il se calme un peu, et je te parie qu’il sera obligé de traiter à nouveau avec toi. Parce que, bon, imagine qu’il aille au bout de sa menace et que ses supérieurs finissent par remarquer qu’il n’y a plus aucune pub GBS dans votre journal. Quand ils vont se mettre à poser des questions, qu’est-ce qu’il pourra répondre ? « Oui, j’ai joué un sale tour à CompuWorld, alors ce méchant Ned Allen est venu faire du scandale chez moi, et il m’a obligé à revenir en arrière, mais moi, pour me venger, j’ai décidé qu’on n’annoncerait plus chez eux, na ! » Même lui, il sait que s’il leur sort un raisonnement pareil ils vont le renvoyer à la maternelle, et à grand coups de latte encore ! « Lizzie m’a pris la main. « Conclusion, arrête de t’inquiéter à propos de ce niais. »

 

3/   Résumé

   Ned Allen est responsable de la vente d’espaces publicitaires pour un célèbre magazine d’informatique. Sa réussite est fulgurante et rien ni personne ne lui résiste. Une fusion d’entreprises et la restructuration qui s’ensuit vont sonner le glas de ses ambitions. Il est licencié sans autre forme de procès. Réagissant avec une rare violence à sa nouvelle situation, il se grille dans toute la profession.

   En quelques semaines, Ned va tout perdre : sa femme le quitte, ses anciens amis le fuient, on lui reprend sa maison. Alors qu’il est sur le point de rejoindre les SDF de Brooklyn, un copain lui propose enfin du travail. En l’acceptant, Ned pense qu’il va pouvoir redémarrer sa vie. Il ne se doute pas qu’il commence une nouvelle descente aux enfers.

 

Descriptif

Editions Pocket 10917 année 2003 ISBN 2266100269, Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos légèrement passés et marqués, intérieur assez frais, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x17,7 cm, 544 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser