Pocket/Presses Pocket

LAYE Camara – Le Maître de la parole

Réf: re-pp1905
1,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Kouma Lafôlô Kouma

Sous le parrainage de la Fondation Félix Houphouët-Boigny

Extrait

1/   Babou Condé, l’auteur de la légende qui suit – nous n’en sommes que le modeste transcripteur et traducteur – était à la société africaine traditionnelle ce que les imagiers des cathédrales et les peintres primitifs étaient au Moyen Age européen : un homme que l’idée de signer son œuvre – car il est fin lettré en arabe – n’effleurait même pas ; un homme qui se considérait comme un simple conteur et non comme un artiste, un homme qui n’était nullement à son propre service, mais au service de la société, de la parole et de l’au-delà ; un homme enfin que personne n’osait interrompre, quand il avait pris la parole sous l’arbre à palabres, sans risquer de s’attirer des ennuis, des malheurs, provoqués par les forces occultes maléfiques de Babou ! Car pour lui-même, comme pour tous les Malinkés, la parole d’un Bélën-Tigui signifiait : magie. Il aimait souvent à rappeler que parler pour ne rien dire convenait à trois catégories de personnes : un enfant qui apprend à marcher, une femme en crise de jalousie, un fou ! Mais parler pour ne rien dire ne convenait pas à un homme qui porte un pantalon !

 

2/   Résumé

   L’Afrique ne possède pas encore d’histoire écrite. Les griots se transmettaient oralement et héréditairement lois et traditions. Mais la traite des Noirs puis la colonisation les ont décimés et dispersés.

   Camara Laye a décidé, avant qu’in ne soit trop tard, de retrouver les valeurs de l’Afrique traditionnelle. Pendant vingt ans, de 1956 à 1976, il a voyagé de pays en pays, apprenant sur place les principales langues, afin de recueillir les témoignages des derniers grands griots pour tenter de reconstituer l’histoire du continent noir. Il a écouté et enregistré les plus grands traditionnalistes, Fadama Babou Condé, Sidikiba Kouyaté de Balan, Mamadi Kanté de Kankan (de la République de Guinée), Djéli Kéba Suso, de Bambadenka (de la Guinée Bissau) ; Djéli Sékou Kouyaté,d e Koudandé (de la République du Sénégal), ainsi que les griots instrumentistes de onze Etats africains de l’Ouest.

   Le Maître de la parole (Kouma Lafôlô Kouma) est le premier de ces témoignages. Il nous conte la genèse de l’un des plus prestigieux empires noirs des temps anciens, le Mali, où, de Niani à l’océan Atlantique, une seule volonté s’exprimait, celle du fondateur de cet empire, Soundiata au triple nom et au triple totem.

   Une légende merveilleuse et une fabuleuse épopée.

 

Descriptif

Editions Presses Pocket 1905 année 1980 ISBN 2266008986, Assez Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos passés et un peu marqués, pages jaunies, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11x17,8 cm, 288 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser