Le livre de poche

MARIVAUX - L’île des esclaves

Réf: c-ldp18001
1,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Couverture affiche de la pièce mise en scène de Simon Eine en 1973
Préface, notes et commentaires par Jean Goulemot
                                    
Comédie en un acte de 1725
 
Résumé
 
   Echoués à la suite d’un naufrage sur une île gouvernée par des esclaves fugitifs, une coquette et un petit-maître perdent la liberté tandis que leurs esclaves désormais affranchis deviennent maîtres - et leur font subir diverses épreuves : « Nous vous jetons dans l’esclavage pour vous rendre sensibles aux maux qu’on y éprouve ; nous vous humilions, afin que, nous trouvant superbes, vous vous reprochiez de l’avoir été. »
   En 1725, c’est un monde social renversé que Marivaux donne à voir sur la scène du Théâtre-Italien : la fragilité du pouvoir peut ainsi se dévoiler, les rancœurs enfouies se libérer, et le malheur d’une condition servile s’éprouver. Mais si l’inversion est bien politique, elle est également ludique, et cette pièce sérieuse aux faux airs d’utopie est bien une comédie : le spectateur s’y amuse aux dépens des maîtres que leurs valets caricaturent, et il rit autant des maladresses que commettent ces valets lorsqu’ils tiennent le rôle des maîtres.
 
Extrait de la préface
 
   Dans le renversement traditionnel le public n’a d’yeux que pour le maître déchu, dont il s’amuse. N’est-il pas pitoyable, privé de ses attributs ? Son remplaçant importe peu. On ne s’interroge guère sur le gueux devenu prince dans la fête des fous. Il est simplement là pour faire figure, et constitue une sorte de rappel de la fragilité du pouvoir. Rien de tel dans L’île des esclaves. Marivaux fait de Cléanthis devenue Euphrosine un personnage âpre, habité par le ressentiment et la colère de ceux qui ont été soumis et réclament vengeance. On la voit discuter pied à pied les appels à la clémence de Trivelin en retournant ses arguments. Elle tient à exercer son pouvoir comme l’exerçait sa maîtresse qui l’a humiliée. Œil pour œil et dent pour dent. Ni l’homme ni la femme ne sont naturellement généreux.

Editions Le Livre de Poche n°18001 année 2007 ISBN 9782253180012, bon état général, couverture souple, tranche et dos légèrement marqués, intérieur assez frais, livre broché format poche de 11,2x17,8 cm, 80 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser