Vaugirard/Gérard de Villiers/Vauvenargues

PENDLETON Don – L’Exécuteur 109 Justice à Portland

Réf: pt-vhe109
1,50 € TTC
 Hors stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Roman écrit par un auteur français.

Extrait

1/   Dès qu’il eut atteint les premiers immeubles au sud de Portland, Bolan questionna son prisonnier :

   - C’est bien Bonate qui t’a fait embarquer ?

   L’autre se dandina un peu sur son siège, mal à l’aise :

   - Je crois bien, oui.

   - La fabrique t’appartient ?

   - C’est écrit sur l’enseigne, non ?

   - Ne commence pas à finasser. C’est plutôt al barré pour toi.

   - Je finasse pas, je réfléchis. Dites, j’peux savoir qui vous êtes ?

   - Bolan.

   - Heu… C’est une blague ?

   - Continue comme ça si tu veux gâcher tes dernières chances. Dis-toi que j’ai plutôt envie de te faire péter la tête que d’écouter tes conneries.

   - Alors, vous… Eh merde, c’est pas vrai !

   Costa venait seulement de comprendre. Il ne pouvait plus mal tomber. Bolan était en effet la pire des choses qui pouvait lui arriver. Il resta coi un assez long moment, digérant la nouvelle qu’il venait d’apprendre, puis décida que si la combinaison noire l’avait épargné c’est qu’elle n’était pas décidée à le supprimer, du moins dans les instants à venir. C’était bêtement logique. L’espoir revint donc dans la cervelle vicieuse de Costa qui se permit un sourire grimaçant :

   - J’comprends pas bien pourquoi vous m’avez tiré de la merde, Bolan, mais je vous en suis reconnaissant.

   Bolan dissimula un sourire glacé. L’Exécuteur devenu le sauveur des mafiosi ? Quelle dérision !

   Il le refroidit aussitôt :

   - décompresse pas trop, bonhomme, t’es loin d’être sorti de la merde. Il va falloir nager sérieusement pour remonter à la surface.

 

2/   Bolan gagna rapidement l’abri des arbres géants, utilisant leur couvert pour entamer sa marche vers le camp des cannibales.

   La progression se révéla tout de suite difficile. Le sol était saturé d’humidité, glissant par endroits et la plupart du temps recouvert d’un tapis d’aiguilles de pin dissimulant des trous et des aspérités rocheuses. S’aidant d’une boussole magnétique pour garder son axe, il maintint une allure rapide durant quarante minutes puis s’arrêta à l’amorce d’une petite clairière artificielle où l’on avait effectué des coupes d’arbres.

   Protégé par sa combinaison, il ne sentait ni l’humidité ni le froid, mais son équipement pesait très lourd sur son dos. Il souffla un instant écoutant les bruits ambiants, le fourmillement de la forêt dû à une infinité d’insectes et de petits animaux qui poursuivaient leur incessant travail.

   A l’extrémité de la clairière, un assez large sentier s’incrustait sur la pente devenue moins raide. Il y vit des traces boueuses de pneus. Des traces fraîches à n’en pas douter. Mais il ne s’agissait sûrement pas d’une activité forestière normale. Fidèles à leurs méthodes, les mafiosi effectuaient des rondes de surveillance, et cela signifiait que l’objectif n’était plus très éloigné. Un peu moins de trois kilomètres, d’après son estimation.

 

Descriptif

Editions Vaugirard Hunter L’Exécuteur 109 année 1993 ISBN 2258037557, Etat général Moyen, couverture souple, tranche et dos moyennement marqués et passés, pages jaunies, tranches des pages moyennement salies, livre broché d’occasion format poche de 11,2x17,8 cm, 224 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser