France Loisirs

RYCK Francis et EDO Marina – Les genoux cagneux

Réf: rf-flfrmegc
2,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Extraits

1/   On va faire un pique-nique aujourd’hui. Je dois d’abord passer chez Marie. J’aime sa maison, c’est pas une location mais une maison à eux, son père est dans l’immobilier. Vraiment chouette, avec jardin, balançoire, piscine et tout. Il est plein de fric, le père de Marie. Il a un peu une gueule de truand comme on voit à la télé, les marchands de drogue et tout. Mais pas lui, lui il vend des maisons. Moi il me fascine. Il a l’air toujours de s’attendre à voir débarquer les flics, ça c’est Julien qui l’a dit, Marie était pas contente.

   C’est sa mère qui vient m’ouvrir. Je l’aime bien, cette femme, elle fera mon thème astrologique. Quand elle me voit, elle me serre contre elle et je m’enfonce dans le gras. Elle sent vachement bon, elle me fait la bise alors je me dis qu’on est un peu vaches de l’appeler Pneu Michelin. Ça empêche pas qu’elle est grosse, elle se met jamais en maillot. C’est marrant de penser que Marie est sa fille, Marie, mince comme elle est.

   Il faut que je dise, quand je parle du père de Marie, que moi, quand on me demande ce qu’il fait mon père, quelque fois j’ai honte, ça fait marrer, j’ai essayé de trouver des noms à côté mais je n’ai jamais trouvé. Entrepreneur, je dis. De quoi ? Et merde, de pompes funèbres. Alors ton père il vend des pompes ? Ils se marrent. Et ton nom, c’est Funèbre ou quoi ? ça me fout les boules, souvent je me suis bagarré pour ça.

   Jamais Marie s’est foutue de moi. Ni ses parents.

   A l’intérieur aussi, leur maison est chouette, très gaie. Le chien Maurice est vautré sur un fauteuil, sur un gros pull, je lui dis bonjour, il ouvre son œil tout juste. Maurice m’a toujours snobé, particulièrement moi, il m’ignore. Il soulève ses babines, il a vraiment des dents de cheval et il ronfle. Si j’étais marié avec Marie, j’habiterais cette maison. Maurice y rentrerait pas, il aurait une niche. Peut-être que le père de Marie purgerait une peine, et on garderait sa mère avec nous.

 

2/   Résumé

   Mathieu, dix ans, vient pour les vacances d’été au bord de la mer avec son père veuf. C’est pour lui l’occasion de joyeuses retrouvailles avec une bande de gamins, tantôt amis tantôt rivaux, avec qui il est bon d’inventer de sacrées blagues comme de mettre une crotte en plastique dans la vitrine de la boulangerie ou d’uriner dans les cercueils que vends le père de Mathieu. Ce sont aussi les premiers émois amoureux d’un jeune héros inventif pour retenir l’attention de la petite Marie, alors que Dorothée s’emploie à jouer son rôle d’allumeuse et à inventer des histoires invraisemblables.

   Pourtant, il y a une ombre au tableau de ces vacances insouciantes : le père de Mathieu noue une idylle avec Nadine, une jeune voisine, avec qui il songe à se remarier. Mathieu trouve cela du dernier mauvais goût et va s’employer à les dégoûter l’un de l’autre…

 

Descriptif

Editions France Loisirs année 1990 ISBN 2724260902, Assez Bon Etat général, couverture rigide, tranche et dos un peu marqués et moyennement passés, tranche oblique, intérieur frais, tranches des pages moyennement salies, livre d’occasion relié grand format de 14,2x20,8 cm, 190 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser