Points

ST AUBYN Edward - Enfin

Réf: re-pp2962
2,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « At last » Edward St Aubyn, 2011

Traduit de l’anglais par Anne DAMOUR

Extraits

1/   Patrick s’éloigna du cercueil de sa mère, conscient qu’à moins de retourner précipitamment sur ses pas comme un fou, c’était la dernière fois qu’il se tenait à côté d’elle. Il avait vu l’intérieur froid et humide du cercueil la veille, en se rendant au funérarium de Bunyon. Une femme vêtue de bleu et aux cheveux blancs coupé court l’avait aimablement accueilli à la porte.

   « Bonjour cher monsieur. J’ai entendu un taxi et j’ai pensé que c’était vous. »

   Elle l’avait conduit au sous-sol. Moquette à motifs de losanges roses et bruns évoquant un bar d’hôtel de campagne. Des panneaux discrets proposant des services particuliers. La photo encadrée d’une femme à genoux près d’une boîte noire d’où s’envolait une colombe ravie d’être libérée. S’élevant vers le ciel dans un tourbillon d’ailes blanches. Retournait-elle au colombier de Bunyon pour y être recyclée ? Oh non ! pas encore la boîte noire. « Nous pouvons lâcher une colombe à votre intention le jour de vos funérailles. » Une écriture gothique semblait déformer chaque lettre qui franchissait la porte du funérarium, comme si la mort était un village allemand.

   Des vitraux, éclairés électriquement, ornaient l’escalier qui menait au sous-sol.

   « Je vous laisse avec elle. Si vous avez besoin de quelque chose, n’hésitez pas. Je suis en haut.

   - Merci, dit Patrick, attendant de la voir partir avant d’entrer dans la Chapelle du Saule.

 

2/   Vers l’âge de trente ans sa recherche obsessionnelle de la désillusion l’avait conduit à Inez, la Garce suprême. Elle prétendait que chaque membre de sa cargaison d’amants lui appartenait en propre, une condition qu’elle n’était pas parvenue à obtenir de son mari, mais qu’elle avait extorquée avec succès à Patrick, qui avait quitté la femme plutôt sensée et généreuse avec laquelle il vivait pour se plonger dans le néant avide de son amour. Ma totale indifférence d’Inez aux sentiments de ses amants faisait de sa réceptivité sexuelle une sorte de chute libre. Finalement la falaise d’où il tomba était aussi lisse que celle d’où sauta Gloucester sous l’insistance de son fils dévoué : une falaise d’aveuglement, de culpabilité et d’imagination, sans rocher saillant à sa base. Mais elle n’en était pas plus consciente que lui.

 

3/   Résumé

   Debout face au cercueil de sa mère Patrick Melrose oscille entre frayeur et soulagement : il se souvient des sévices infligés par ses parents. Cette mort lui permettra-t-elle d’en finir avec les mensonges, l’alcool et le cynisme ? Après la cérémonie, sa famille et ses amis lui parlent de sa mère ; lui regarde une jolie serveuse. Comment fait-on pour aborder une fille un jour d’enterrement ?

   « Rien de trop lugubre, comme les amateurs de l’impayable St Aubyn peuvent l’imaginer. Car l’oraison funèbre tourne vite au tragi-comique. »

   Le Nouvel Observateur.

 

Descriptif

Editions Points P2962 année 2013 ISBN 9782757831571, Bon état général, couverture souple, Deux écritures sur la première et dernière page blanche, tranche et dos un peu passés et marqués, Intérieur assez frais, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11x18 cm, 240 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser