Points

STAALESEN Gunnar – Le roman de Bergen Tome 1

Réf: re-pp2639
2,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Traduit du norvégien par Alexis FOUILLET

Extraits

1/   Devant l’immeuble d’Allégaten où avait eu lieu le meurtre, un agent en faction, les mains dans le dos et les pieds bien écartés, suivait des yeux toute personne qui passait dans la rue.

   Il porta une main à son casque lorsque les trois enquêteurs arrivèrent.

   « Rien à signaler ? gronda Krohn-Hansen sur un ton bon enfant.

   - Rien, monsieur le commissaire. »

   La partie stuquée et peinte en blanc dans la façade vert clair était décorée de ravissantes têtes de petits Amours entourées de feuilles de vigne et de motifs qui faisaient penser à des vrilles. De même, la partie de forme classique sous le faîtage suggérait des associations évoquant d’autres latitudes. Dans les rues de ce quartier, si les promeneurs avaient facilement l’impression de se trouver à Berlin, Hambourg ou en d’autres métropoles étrangères encore plus luxueuses, ce n’était certainement pas fortuit.

   Krohn-Hansen fit un signe de tête vers la porte d’entrée peinte en vert.

   « Entrons. »

   Un chat noir et blanc, étendu dans l’escalier, les regardait de ses yeux verts derrière lesquels on devinait toute la sagesse égyptienne. Ne grande zone sombre du côté droit divisait la tête de l’animal figurant un Janus railleur, et il grogna avec arrogance en faisant un mouvement de tête condescendant lorsque Moland se pencha pour le caresser en entrant.

   La cage d’escalier était déserte. Le cadavre avait depuis longtemps été emporté à l’hôpital d’Engen, où le médecin légiste devait l’examiner en détail dans le courant de la matinée. Un contour tracé à la craie indiquait où le défunt s’était trouvé, juste derrière la porte.

 

2/   Le vendredi 5 janvier 1900 fut une journée fraîche et légèrement nuageuse, et il faisait encore sombre quand Christian Moland retrouva Ole Berstad sur Murebryggen, que balayait une brise froide venue du nord-ouest, contraignant les deux hommes à relever le col de leur manteau. Les dernières étoiles trouaient encore la voûte céleste, mais un nouveau jour commençait tout juste à poindre derrière le massif montagneux noir d’Ulriken, diffusant une lumière frileuse et nacrée qui annonçait un temps hivernal clair et beau.

   L’équipage de l’Ole Bull était entièrement absorbé par le chargement de marchandises à destination des districts des fjords. La chaudière était allumée, et une fumée gris anthracite s’échappait de la haute et étroite cheminée qui gîtait légèrement vers l’arrière, rappelant étrangement un arbre qui eût poussé de biais sous le vent.

   La réquisition du commissaire en main, les deux policiers investirent le petit salon de première classe, dont les hublots étaient encadrés par de petits rideaux vert clair. Ils s’installèrent aussi bien qu’ils le purent sur les bancs de cuir brun. Moland avec les journaux des deux derniers jours, Berstad avec un livre à reliure de cuir dont la pièce de titre était verte. Un long voyage les attendait.

 

3/   Résumé

   L’ébullition gagne Bergen, petite ville industrielle de Norvège, en ce jour glacial du XXe siècle naissant. Le chemin de fer se bâtit à toute allure, la famille royale est de passage et le meurtre du consul Frimann fait grand bruit parmi les notables. Tous sont fous de désir pour la sensuelle Maren Kristine Perdersen, qui a bien connu la victime. L’inspecteur Moland, pour son malheur, va succomber lui aussi…

   L’auteur : Gunnar Staalesen est né en 1947 à Bergen, en Norvège. Il est célèbre pour sa série de polars mettant en scène le privé Varg Veum. L’aube est le premier volume de la grande fresque sociale qu’il a consacré à sa ville natale norvégienne : Le Roman de Bergen.

   « Une fresque monumentale, passionnante et épique. » LA Quinzaine Littéraire

 

Descriptif

Editions Points P2639 année 2011 ISBN 9782757823705, Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos un peu passés et marqués, intérieur assez frais, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11x18 cm, 448 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser