Le livre de poche

TAYLOR KRESSMANN Katherine – Inconnu à cette adresse

Réf: re-ldp30111
1,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « Adress unknown » Katherine Kressmann Taylor, 1938.

Traduit de l’américain par Michèle LEVY-BRAM

Extrait

1/   Cher Martin,

   Je suis bouleversé par l’afflux de reportages sur ta patrie qui nous parviennent. Comme ils sont assez contradictoires, c’est donc tout naturellement vers toi que je me tourne pour y voir plus clair. Je suis sûr que les choses ne vont pas aussi mal qu’on veut bien le dire. Notre presse s’accorde à parler d’un « terrible pogrom ». Qu’en est-il ?

   Je sais que ton esprit libéral et ton cœur chaleureux ne pourraient tolérer la brutalité et que tu me diras la vérité. Le fils d’Aaron Silberman vient tout juste de rentrer de Berlin et il paraît qu’il l’a échappé belle. Il raconte sur ce qu’il a vu – les flagellations, le litre d’huile de ricin forcé entre les lèvres et les heures d’agonie consécutives par éclatement de l’intestin – des histoires affreuses. Ces exactions pourraient être vraies, et elles pourraient en effet n’être que le résidu malpropre d’une révolution par ailleurs humaine – l’»écume trouble », comme tu dis. Malheureusement pour nous, les Juifs, la répétition ne les rend que par trop familières, et je trouve presque incroyable qu’on puisse, aujourd’hui, au sein d’une nation civilisée, faire revivre à nos frères le martyre ancestral. Ecris-moi, mon ami, pour me rassurer sur ce point.

 

2/   Résumé

   Août 1933. « Tu es un libéral, Martin. Tu vois les choses à long terme. Je sais que tu ne peux pas te laisser entraîner dans cette folie par un mouvement populaire qui, aussi fort soit-il, est foncièrement meurtrier. »

   18 Aôut 1933. « Tu dis que nous persécutons les libéraux, Max, que nous brûlons les livres. Tu devrais te réveiller : est-ce que le chirurgien qui enlève un cancer fait preuve de ce sentimentalisme niais ? Il taille dans le vif, sans états d’âme. Oui, nous sommes cruels. La naissance est un acte brutal ; notre re-naissance l’est aussi. »

   1932. Martin Schulse, un Allemand, et Max Eisenstein, un Juif américain, sont marchands e tableaux en Californie. Ils sont aussi unis par des liens plus qu’affectueux – fraternels. Le premier décide de rentrer en Allemagne. C’est leur correspondance fictive entre 1932 et 1934 qui constitue ce livre, écrit par une Américaine en 1938, et salué à l’époque, aux Etats-Unis, comme un chef d’œuvre. Incisif, court et au dénouement saisissant, ce livre capte l’Histoire avec justesse. C’est un instantané, une photographie prise sur le vif qui décrit sans complaisance, ni didactisme forcené, une tragédie intime et collective, celle de l’Allemagne nazie.

 

Descriptif

Editions Le livre de poche 30111 année 2006 ISBN 225310826, Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos un peu passés et marqués, pages moyennement jaunies, tranches des pages moyennement salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x17,8 cm, 96 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser