10/18

WODEHOUSE P.G. – Jeeves et la saison des amours

Réf: re-10de3583
2,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Traduit de l’anglais par Anne-Marie BOULOCH

Titre original « Mating season »

Extrait

1/   Esmond Haddock, vu de près, justifiait la description qu’en avait faite Chat-Mou : un dieu grec. Et on pouvait parfaitement comprendre l’inquiétude d’un jeune amoureux voyant la fille de ses rêves menacée d’être attirée par un tel type dans des roseraies. C’était un beau, grand (quoiqu’il fût assis en ce moment, mais vous voyez ce que je veux dire) quidam d’environ trente ans, aux larges épaules, avec un visage qu’on qualifie, je crois, encore qu’il faudrait que je vérifie auprès de Jeeves, de byronien. Il ressemblait au croisement d’un poète avec un lutteur.

   On n’eût pas été surpris d’apprendre qu’Esmond Haddock était l’auteur de sonnets pleins d’émotion fruitée dignes de faire de lui la coqueluche de Blommsbury, car il avait l’air d’un homme aussi capable que n’importe qui de faire rimer « amour » et « toujours. Mais on n’eût pas été plus étonné d’entendre dire qu’il avait récemment assommée un bœuf d’un seul coup de poing. Simplement, on eût pensé que ce bœuf était un âne bâté d’avoir entamé une dispute avec un type à la poitrine aussi large.

   Non. Ce qui était extraordinaire, c’était que ce Superman eût l’habitude, s’il fallait en croire le témoignage de Corky, de ramper devant ses tantes. Sans les preuves avancées par Corky, j’eusse dit, en le voyant, qu’on avait là un neveu capable d’affronter les plus rudes et de se faire appeler « mon oncle ». Encore que les apparences soient souvent trompeuses. Plus d’un type qui se présente comme un mâle dominant et se fait photographier fumant la pipe se roule en boule comme un papier carbone quand il est confronté à l’une de ces parentes.

 

2/   Résumé

   La nouvelle vient de tomber : Gussie Fink-Nottle a pris quatorze jours de zonzon ferme pour avoir plongé dans la fontaine de Trafalgar Square à la recherche d’une espèce particulière de têtard urbain. Impossible au fameux collectionneur de tritons de se rendre à Deverill Hall où toute la gentry l’attend pour participer au concert du village. Impensable d’ébruiter la nouvelle sans mettre en péril ses fiançailles avec Madeline Bassett. Reste une solution : que Bertram Wooster remplace incognito son ami. Mais comme à chaque fois, l’aide de Bertie se transforme en catastrophe, et seul Jeeves pourra le tirer d’affaire…

   « On s’ébat avec délices dans un monde sans conscience politique, sans problème de société, sans souci d’argent, sans moralité, où ne règne que le pur plaisir du mot d’auteur, du gag imperturbable, du récit folâtre. On en sort taquin, affligé d’un net penchant à la régression, et durablement égayé. On ne dira jamais assez les bienfaits de la légèreté. » La Quinzaine Littéraire.

 

Descriptif

Editions 10/18 Domaine Etranger 2341 année 1993 ISBN 2264016728, Etat général Assez Bon, couverture souple, tranche et dos passés et un peu marqués, pages jaunies, tranches des pages moyennement salies, livre d’occasion broché format poche de 11x18 cm, 352 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser