WOLNIEWICZ Claire - Ubiquité

Réf: rf-vhcwu
3,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Extraits

1/   Un soir de ses onze ans, Adam eut la surprise de découvrir un cadeau qui l’attendait sur la table de la cuisine. Ce n’était pas son anniversaire et Noël avait été fêté deux semaines auparavant. Son père lui indiqua qu’il s’agissait d’un cadeau de son comité d’entreprise. Au grand étonnement de l’enfant, le papier d’emballage coloré dévoila une boite de peinture à l’huile. Sa joie décupla quand il apprit qu’elle ne contrevenait en rien aux préceptes familiaux. Après le dîner, il consacra deux bonnes heures à cette nouveauté, recommença le lendemain, le surlendemain, et ne quitta plus ses pinceaux. Cela tombait bien, on était en hiver et le jardin était gelé. Mais les parents sentirent l’inquiétude les gagner : l’engouement d’Adam dépassait le passe-temps convenu pour ressembler à de la passion. Ça lui passera avec les beaux jours, se dirent-ils pour se rassurer.

   Sa professeure de dessin apprécia ses prouesses à l’école et l’encouragea vivement. Elle poussa le zèle jusqu’à convoquer ses parents pour leur suggérer qu’il bénéficie de cours supplémentaires.

   « Ce petit a un don, plaida-t-elle, c’est évident. Il a une sûreté de trait époustouflante, un sens des couleurs inné. »

   Joignant le geste à la parole, elle sorti d’un de ses cartons un dessin au pastel, l’avait placé face aux parents muets.

   « Regardez ! » avait-elle enjoint.

   Hélène et Jean s’étaient penchés. Ils avaient reconnu une église, des maisons, un paysage, avaient trouvé le tout ressemblant.

   « Ce n’est pas mal », avait concédé le père.

   La professeure debout devant eux avait sursauté.

   « Pas mal ! »

   Elle manqua s’étrangler.

   « C’est très fort. Très très très fort. Il fait ça à main levée. Et vous avez vu les couleurs ? »

   Les parents s’étaient penchés à nouveau, avaient trouvé in petto les couleurs dérangeantes, trop vives. Cette fois ils n’avaient rien dit, juste hoché la tête. L’enseignante avait laissé un silence s’installer, croyant la conclusion évidente.

 

2/   Résumé

   « Le 20 juin la météo prévoyait enfin du beau temps, bien qu’assorti de températures assez basses pour la saison. C‘est alors que les choses commencèrent vraiment pour Adam Volladier. »

   Subitement, il se découvre un don d’ubiquité sociale : sans raison, une foule de gens reconnaissent en lui qui un dentiste clermontois, qui un œnologue, qui un acteur de série télévisée… Adam résiste – très peu -, puis, émerveillé par les vies qu’on lui attribue, qui l’enivrent et qu’il endosse comme un costume ou une nouvelle veste.

   Mais peut-on poursuivre un pareil jeu lorsqu’il de prendre la place d’un amant ? Que faire lorsque Rita – une femme ravissante travaillant dans une galerie d’art – le prend pour Georges Fondel, l’homme dont elle est amoureuse ? Adam ne réfléchit pas : il sera Georges Fondel.

   Le choix, bien sûr, n’est pas sans risques. Le vrai Fondel est un escroc. Après avoir volé une toile célèbre au musée d’Orsay, il a disparu sans laisser de traces et ses complices le recherchent.

   Claire Wolniewicz est née en 1966. Elle partage sa vie entre Paris et la campagne. Après un recueil de nouvelles, Sainte Rita, patronne des causes désespérées, publié en 2003, Ubiquité est son premier rom

 

Descriptif

Editions Viviane Hamy année 2005 ISBN 2878582144, Bon état général, couverture souple, tranche et dos légèrement passés et marqués, intérieur frais, tranches des pages légèrement salies, livre d’occasion broché grand format de 13,3x21,2 cm, 144 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser