Le livre de poche

WEULERSSE Odile et LUXARDO Hervé – Les vagabonds de la Bastille

Réf: j-ldpj287
1,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Roman inspiré du film de Michel Andrieu

Illustrations d’Yves BEAUJARD

Extraits

1/   A la pâle clarté lunaire, les silhouettes de Fleur d’Epine et de Grandgosier se découpent le long de la muraille crénelée du château. Grandgosier porte sur son dos un énorme sac. De temps en temps, Fleur d’Epine se retourne pour examiner les environs. Constatant que tout est désert et silencieux, il reprend lentement sa marche.

   Enfin tous deux s’arrêtent devant une petite porte de bois dissimulée sous le lierre qui grimpe le long du mur. Fleur d’Epine tire une clef de sa poche, ouvre la porte avec difficulté et les deux hommes pénètrent à l’intérieur.

   Ils arrivent dans un couloir désert, froid et sombre. Sur une paroi faite de grosses pierres est accroché une chandelle qui dégage une vacillante lumière.

   « On va la mettre dans le cellier », murmura Fleur d’Epine.

   Il pousse sur sa droite, le battant d’une double porte et pénètre dans une pièce où règne une délicieuse odeur de pommes. Deux jours en haut du mur laissent filtrer un peu de clarté. Partout, sur des étagères, sont disposés des fruits, des pots de miel, des sacs de farine et des carottes. Fleur d’Epine dépose son fardeau qui aussitôt se met à bouger dans tous les sens.

   « On passera tout à l’heure prendre le colis. » dit Fleur d’Epine. Et s’adressant au sac, Grandgosier ajoute :

   « Si tu cries, on te tue !

   - T’as compris, tête de mule ? insiste méchamment Fleur d’Epine.

   Et les deux hommes sortent en refermant soigneusement la porte.

 

2/   Dans la maison Chantelou, assise sur son banc près de la table, la mère pleure à gros sanglots.

   « La petite a disparu, et maintenant tu t’en vas ! répète-t-elle. On va rester seuls, tous les deux. »

   Le père Chantelou lui passe une main sur l’épaule.

   « Calme-toi, femme. Il va nous la ramener, la Manon.

   - Mais pourquoi est-ce qu’il ne veut rien nous dire ? Ni où elle est, ni où il va ?

   - Tu l’as entendu. Il dit que c’est un secret et que ça vaut mieux pour nous. » Puis, se tournant vers son fils : « As-tu été demander la bénédiction de M. le curé ?

   - Non, pas encore.

   - Tu vas y aller et partir, c’est pas la peine de mettre une heure à se dire au revoir. Ça fait pleurer ta mère. »

   Réprimant ses sanglots, la mère ouvre le balluchon de son fils pour y ajouter un morceau de pain noir et elle le referme avec soin. Puis elle va faire le signe de la croix sur le front de son Thomas.

   « Reviens-nous vite avec ta sœur. Je prierai la Sainte Vierge tous les jours pour vous. »

   Le père Chantelou tente de ne pas montrer sa peine.

   « Reviens pour les vendanges. On aura besoin de toi. Allez, va, fils. Et n’oublie pas de donner de tes nouvelles. »

 

3/   Résumé

   En août 1789, Thomas et sa sœur Manon quittent leur campagne normande et arrivent à Paris, accompagnés de leur ami Barthélémy, un jeune clerc de notaire. Sans travail et sans argent, ils demeurent dans les ruines de la Bastille et font la connaissance de patriotes parisiens.

   Le comte de Montigny, « ultra royaliste » et ses amis fomentent le complot du « Cadran Bleu » pour rétablir l’Ancien Régime.

   Aidés par une perruquière patriote et par la fille du comte de Montigny, amoureuse de Thomas, nos trois compagnons réussiront-ils à déjouer ce complot en faisant triompher l’amour et la Révolution ?

 

Descriptif

Editions Le livre de poche Jeunesse 287 année 1989 ISBN 2010154363, Bon état général, couverture souple, tranche et dos un peu passés et marqués, intérieur assez frais, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x16,7 cm, 224 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser