10/18

WODEHOUSE P.G. – Very good Jeeves

Réf: re-10de2341
2,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Traduit de l’anglais par Sabine PORTE

Titre original « Very good Jeeves »

Extrait

1/   Je dois reconnaître qu’à l’heure d’agir Bingo fit montre d’une énergie et d’une détermination qui forçaient le respect. Je crois bien que durant les deux jours qui suivirent le jeune Thomas n’eut pas une seule fois le loisir de souffler et de pouvoir se dire « enfin seul ! ». mais au second jour, tante Agatha annonça au cours de la soirée qu’elle avait convié quelques hôtes pour une partie de tennis le lendemain. Dès lors, je m’attendis au pire.

   Le jeune Bongo, voyez-vous, est de ces énergumènes qui, dès que leurs doigts se referment sur un manche de raquette, s’abîment dans une sorte de transe où leur horizon se borne au rectangle du court. Si vous deviez annoncer à Bingo au beau milieu d’un set que des panthères dévorent son meilleur ami dans le potager, il se contenterait d’un « ah bon ? » ou de quelque formule du même type. J’avais la certitude qu’il oublierait le jeune Thomas et le Très Honorable jusqu’à l’ultime rebond de la balle de match et tandis que je m’habillais pour le diner, j’eus le pressentiment d’un danger imminent.

   - Jeeves, déclarai-je, avez-vous déjà médité sur la Vie ?

   - Cela m’arrive de temps à autre, Monsieur, à mes heures de loisir.

   - Sinistre, n’est-ce pas ?

   - Sinistre, Monsieur ?

   - Je parle de la différence entre l’apparence et la réalité des faits.

   - Je suggère à Monsieur de porter le pantalon plus court d’un centimètre. Un très léger ajustement des bretelles devrait opérer la transformation nécessaire. Vous disiez, Monsieur ?

 

2/   La lettre me parvint le matin du 16. J’enfournai pour l’heure quelques miettes de petit déjeuner dans le bec de Bertram Whooster et, l’âme fortifiée par des harengs arrosés de café, résolus d’annoncer la nouvelle à Jeeves. Comme le dit Shakespeare, quand vous avez du pain sur la planche, autant vous y mettre sur le champ, histoire d’en finir au plus vite. Notre homme serait certes déçu, voire chagriné. Mais que diable ! Une gouttelette de déception de temps à autre peut être salutaire. Rien de tel pour comprendre que la vie n’est pas tous les jours rose, et que ce n’est pas une partie de plaisir.

   - Ah, Jeeves, l’apostrophai-je.

   - Monsieur ?

   - Nus avons là une dépêche provenant de Lady Wickham. Elle m’invite à passer les fêtes de fin d’année à Skeldings. Vous veillerez donc à m’empaqueter le nécessaire. Nous nous y rendrons le 23. Des cravates à profusion, Jeeves, sans oublier une poignée de robustes tenues campagnardes pour la journée. Nous n’y séjournerons que peu de temps, je crois.

 

3/   4e de couverture

   « Les auteurs comiques, qui suscitent véritablement le rire, sont rares. Wodehouse est de ceux-là. Je défie quiconque, doté d’un sens normal de l’humour, de ne pas rire, comme on rit enfant à certaines séquences de Tintin ou de Lucky Luke. Wodehouse nous entraîne dans un tourbillon fou comme les vaudevilles de Feydeau ou de Labiche. Il possible de décrocher avant la dernière ligne. Et sentant approcher la fin, on ralentit sa lecture pour savourer quelques moments de plus le plaisir de rester en compagnie d’un écrivain irrésistible. »  VSD

 

Descriptif

Editions 10/18 Domaine Etranger 2341 année 1993 ISBN 2264016728, Etat général Assez Bon, couverture souple, tranche et dos passés et un peu marqués, pages jaunies, tranches des pages moyennement salies, livre d’occasion broché format poche de 11x18 cm, 352 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser