Fleuve Noir

ROEHMER Jean Guyonne – Mission fantastique pour L’AXE

Réf: esp-fnax2
1,50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Présenté par Claude Rank

Extrait 1

   Au rapport :

   D’après le planisphère, la Nouvelle-Zélande se trouve aux antipodes. (Antipode ?) Je grimace. Sceptique.

   - Comment trouves-tu Auckland, May ?

   - C’est Birmingham ou Liverpool, monsieur.

   - Pas du tout dépaysant, hein ?

   - « Hein », non, monsieur. Pas du tout. Londres, même. Ou alors avec un petit bout de Bâle, de Zurich ; en bien plus crasseux bien sûr. Bâle et Zurich, c’est propre. Et ici…

   May hoche la tête, navrée. 8 heures du matin et nous remontons Queen Street en direction d’une espèce de grande église mal foutue qui est l’Opéra local. Town Hall. La circulation est anarchique, mal réglée. Heure de pointe et tout le monde se faufile comme à Marseille. C’est tout de même ce qui doit différencier Auckland d’une grande ville anglaise.

   - Et tous ces gens de couleur, monsieur, se désole May. Avec ce gros balai de cheveux crépu sur la tête…

   - Deviendrais-tu raciste, May ?

   - Ils… ils m’inquiètent, Monsieur.

   - Tu peux. May. Une pistache ? (Je lui tends le paquet : elle se sert). Criminalité, le triple qu’à Londres. Ces… enfin ces gens, sont des Maoris, ou bien des Fidjiens immigrés, des Papous. Main d’œuvre pour les basses besognes, tu vois ?

   - Comme les Arabes en France ?

   - Si tu veux.

   Nous voilà à nouveau ralentis par un encombrement. May croque sagement ses pistaches, son mince visage doré chaud et resplendissant sous le soleil de la fin d’été : fin des grandes vacances dans 15 jours, l’automne est proche… (May a 23 ans ; cela fait maintenant 30 mois que nous travaillons ensemble. Et pas ça… ou si peu : je vous expliquerai…) La peau ocre clair des métisses hakka-créoles, elle est née à l’île Maurice d’un papa français – à nom normand très célèbre – et d’une patricienne hakka qui est membre de l’Assemblée législative de Port-Louis. May est experte en bien des choses… En okinawata, entre autres, espèce de karaté mauricien extrêmement efficace, etc. vous savez déjà sûrement tout cela.

   - Où allons-nous à cette vitesse, monsieur ?

   - Tu veux dire à cette faible vitesse ?

   Sourcils arqués, elle examine une seconde ma barbe blonde ; fâchée. Nous sommes complètement immobilisés dans un compact béton de voitures.

   - Tu es jolie comme un petit cœur, mon Elfe-caille, dis-je.

   - Vous n’avez pas répondu à ma question. Que faisons-nous dans Queen Street d’Auckland ?

 

Extrait 2

   Rohde coupa le poste. Dans la chambre, le silence était compact. Mrs Fanshawe se baissa pour ramasser au sol un slip de jeune fille qu’elle étudia avec minutie, toute blanche.

   Rohde dit :

   - Avez-vous entendu, Herne ? Etes-vous à présent bien convaincu de notre puissance ? A 10 000 kilomètres d’ici, sur l’autre hémisphère, un président de camp et des détenus ont également écouté ce message. Il signifie que nous attaquons. Il signifie…

   - Ne me giflez plus, implora tous bas Herne.

   Rohde s’immobilisa.

   - Il me faut les ultimes renseignements sur le commandant Phat Dara. Moralité, habitudes, vices. Je veux le nom de tous les membres de sa famille qui sont toujours au Kampuchea. Je veux également connaître les pistes sûres qui évitent les postes de contrôles Khmers rouges en direction de la frontière thaïlandaise.

   - Les enfants ? chuchota Mrs. Fanshawe.

   - Il ne leur est rien arrivé, madame, dit Rohde. Persuadez M. Herne de parler, et dans la matinée vous serez tous libres et réunis.

   - Mais sous surveillance, ne vous faites pas d’illusions, dit, derrière eux, Kolbert.

   - Que comptez-vous faire dans ce camp ? demanda Herne après un silence. Vous… êtes complètement fous ! Thmer Puok c’est un enfer à la Kafka. Vous savez ce qui fait pousser le ris, là-bas ?

   Sa respiration était saccadée, haletante. Kolbert le maintenait solidement. Je fis un signe d’assentiment.

   - Les milliers de détenus assassinés par votre ami Phat Dara, monsieur Herne. Les autres ne sont que des esclaves en attendant de devenir, eux aussi, de l’engrais. C’est bien pour cela que nous avons besoin de vous.

   « Parlez-nous des rizières de Thmer Puok ; »

 

Descriptif

Editions Fleuve Noir L’AXE 2 année 1978 ISBN 226500829X, état général assez bon, couverture souple, tranche et dos moyennement passés et marqués, intérieur moyennement frais, livre d’occasion broché format poche de 11,3x17,8 cm, 224 pages   



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser