Librairie des Champs-Elysées
PROMO

ROGERS J.T. – Jeu de massacre

Réf: pt-lm1908
1,05 € TTC
1.50 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « The red right hand » J.T. Rogers, 1945.

Traduit de l’américain par Michel LE HOUBIE

Extraits

1/   Cette assurance souscrite par Saint-Erme en sa faveur, Dexter l’ignorait, si l’on en juge par la conversation qu’il a eue hier soir au téléphone avec le vieux MacComerou.

   Il semble d’ailleurs, avoir assez mal connu Saint-Erme. Il ne savait pas son adresse à New York, il n’avait jamais entendu prononcer le nom d’Elinor Darrie, n’était pas au courant du prochain mariage de Saint-Erme et il fallut le lui rappeler pour qu’il se souvint avoir prêté une voiture à son associé. Il travaillait à une invention et ne voulait pas être importuné.

   Sa voix était sèche et râpeuse. Je n’ai pu faire autrement que d’entendre ce qu’il disait à MacComerou au téléphone :

   - Le jeune Saint-Erme ?... Certainement, professeur, je le connais. Il me subventionne. Il a énormément d’argent. C’est un brave garçon, très droit, très loyal, et qui a la tête bien plantée sur les épaules. Il m’assure que nous ferons dix millions de dollars avec le dispositif sur lequel je travaille en ce moment…

   « Non, je ne l’ai pas vu aujourd’hui, autant que je me souvienne. Il habite New York, oui, mais le nom de son hôtel m’échappe. Il a une amie à qui vous pourriez peut-être le demander. Au fait, ça me revient maintenant, il m’a téléphoné hier soir pour m’emprunter une voiture. Il voulait aller passer quelques jours quelque part avec cette amie…

   « De quel endroit dites-vous que vous m’appelez, professeur ?... Le nord du Connecticut ?... En effet, il se peut très bien que ce soit ma voiture que vous avez vu passer. Son numéro, c’est XL. 465.297 ! Effectivement, je la lui ai prêtée. C’est son amie qui devait conduire et c’est tout ce que je sais. J’espère qu’il ne leur est rien arrivé. D’autant plus que je me trouverais dans de très vilains draps… Excusez-moi, professeur, j’ai sur le feu quelque chose qui pourrait faire sauter tout mon atelier ! Il faut que j’aille voir. Pouvez-vous me rappeler un peu plus tard ?

   Il avait raccroché là-dessus sans attendre la réponse.  

   A ce moment-là, Saint-Erme n’était pas mort depuis une heure. Peut-être même vivait-il encore. Je l’imagine, gisant à deux kilomètres d’ici, sur la route des Marais, respirant encore, toujours conscient et tournant ses yeux impuissants vers le petit bonhomme grimaçant qui le regarde, son couteau au poing.

 

2/   C’était une bonne fille et la phrase faisait sans doute partie de son répertoire. Elle devait la dire à tous les chirurgiens qui se trouvaient dans la situation ou j’étais moi-même.

   Je n’aime pas les macchabées. Je ne les ai jamais aimés. Ça peut paraître bizarre chez un médecin mais c’est ainsi. Pasteur, étant étudiant, s’est plus d’une fois évanoui durant une dissection et mon admiration pour lui s’en trouve accrue.

   - Qu’allez-vous faire ? me demanda-t-elle.

   - Rentrer chez moi, répondis-je. Je n’ai plus rien à faire ici.

   J’étais venu en avion spécial, les bureaux new-yorkais de John Buchanan s’étant occupés de mon déplacement. Mais rien n’avait été prévu pour mon retour. Je me renseignai auprès de la gouvernante qui menait la maison. Je n’avais pas de train avant le milieu de la nuit et nous étions au début de l’après-midi. Elle me demanda quand je devais être rentré à New York. Je lui expliquai que j’avais pris mes dispositions pour une absence de vingt-quatre heures, mais que je souhaitais repartir le plus tôt possible. Elle me dit alors qu’elle avait une voiture à reconduire à New York. C’était celle de son fils, un aviateur. Il l’avait prise pour venir la voir, le mois dernier, avant de s’en aller combattre en Europe. Avant son départ de New York, il avait fait affaire avec un acheteur dont il avait vu l’annonce dans un journal et, en s’en allant, il avait prié sa mère de faire livrer sa voiture à ce type, aussi bien pour tenir sa parole que pour encaisser l’argent du marché. Elle avait l’essence nécessaire au voyage, je lui rendrais service en rapatriant la voiture, mais elle ne me cachait pas que c’était un vieux véhicule qui ne devait pas être très agréable à piloter.

 

Descriptif

Editions Librairie des Champs-Elysées Le Masque 1908 année 1998 ISBN 2702417914, état général moyen, couverture souple, tranche et dos moyennement marqués et passés, intérieur passé, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché format poche de 11,2x16,7 cm, 192 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser