Gallimard

BROWN Carter – Où es-tu, Charity ?

Réf: pt-gsn1441
2,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Titre original « Where did Charity go ? »

Traduit de l’anglais par M SINET

Extrait

1/   Elle se leva. Je l’accompagnai jusqu’à l’entrée. Avant de franchir la porte, elle se tourna vers moi. Une lueur indéchiffrable embrasait ses yeux gris. D’une lenteur délibérée, elle étendit les bras et me saisit les poignets. Puis elle souleva mes mains et les appliqua sur des seins fermes, gonflés, chauds et légèrement élastiques sous la fine soie noire, et elle m’étreignit les doigts.

   - Est-ce que je vous plais, M. Holman ? demanda-t-elle sourdement. Du simple point de vue physique, bien entendu.

   - Beaucoup, miss Manning, admis-je. Du simple point de vue physique, bien entendu.

   - Merci. (Elle me ressaisit les poignets, mais cette fois, pour les repousser de ses seins.) Quand une fille vit depuis trois ans dans l’ombre de Claudia Deane, elle commence à se poser des questions.

   - Chaque fois que vous aurez besoin d’être rassurée, miss Manning, déclarai-je poliment, je suis dans l’annuaire.

   Elle me tourna le dos et attendit patiemment que j’ouvre la porte d’entrée pour sortir sur le perron.

   - Bonne nuit, M. Holman.

   - Il y a encore un petit détail qui me tracasse, lui dis-je. Que Earl Raymond soit bouleversé par la disparition de sa fille, je comprends. C’est la réaction normale d’un père. Mais pourquoi redoute-t-il aussi les gros titres au moment où son ex-femme apprendra l’histoire ? Il devrait avoir l’habitude d’être à la une des journaux depuis le temps.

 

2/   Le corps gisait, face contre terre. La vieille robe de coton était entaillée à la hauteur du creux des genoux. La fille d’Earl Raymond ? Cette pensée ne m’affriola pas outre mesure. J’agrippai fermement les épaules du cadavre et je le retournai en douceur. Second choc. Plutôt pire que le premier. J’avais devant moi un visage complètement barbu. Les yeux, grands ouverts, me fixaient avec une terreur figée. Un trou encroûté de sang béait au milieu du front. Je reposai le corps sous le buisson, dans sa position originale. Il était tout ce qu’il y a de plus raide, et j’estimai que la mort devait remonter à environ douze heures. Donc, il gisait déjà sous son buisson quand nous étions arrivés à la cabane. Cette pensée vint tout de suite à bout de mes derniers relents d’euphorie.

 

3/   Résumé

   C’est dur de se retrouver au bas de l’échelle quand on a été une des vedettes les plus cotées d’Hollywood. Mais Earl Raymond avait trouvé un moyen infaillible pour regagner sa popularité. Un truc qui, malheureusement, coûta la vie à Johnny Legarto parce qu’il portait la même robe que sa petite amie Charity, et qui expédia Rick Holman à poil dans une source d’eau sulfureuse en pleine séance de thérapeutique de groupe.

 

Descriptif

Editions Gallimard Série Noire 1441 année 1971, Assez Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos moyennement passés et marqués, pages jaunies, tranches des pages moyennement salies, livre d’occasion broché format poche de 11,8x18,2 cm, 192 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser