Robert Laffont

JEURY Michel – La gloire du certif

Réf: ess-rlmjgc
5,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Les trésors des livres d’école 1850-1950

Extrait

1/   Avant-propos

   Jules Ferry a donné à la France l’école laïque et l’Indochine. On a perdu l’Indochine quand j’avais vingt ans. J’espère qu’on gardera l’école !

   Les augures disent qu’elle ne va pas bien.

   Elle en a vu d’autres. Elle en a vu, des maîtres à penser arrogants, bouffons ou bornés, je les collectionne depuis qu’à vingt-trois ans, je suis devenu instituteur remplaçant. J’ai raconté mon aventure, à peine romancée, dans Le Soir du vent fou. Les livres de toutes les époques, avec une certaine prédilection pour la Troisième République : la république de l’école et l’école de la république ! Et une préférence plus grande encore pour ces quarante années, 1975-1914, où le France avait une idée fixe, l’Alsace-Lorraine, et un immense projet, le certificat d’études pour tous.

   Je caresse les couvertures rongées ou moisies, je feuillette les pages aux bords jaunies, souvent paraphées par les anciens propriétaires ou ornées de gribouillages. J’ai relu maintes fois certains manuels, pour ainsi dire les yeux fermés. Puis, les yeux ouverts. Les deux lectures sont un peu différentes. La première est celle de la nostalgie, de la quête vagabonde des vertes années. La seconde, plus réfléchie et un peu querelleuse, m’a conduit au fil des jours à ce recueil, mi-florilège, mi-sottisier, qui mêle sourires tendres et volées de bois vert. Qui va des lapsus innocents aux inventions alambiquées et sournoises.

 

2/   Résumé

   Pour écrire ses deux romans, L’Année du certif te Les Grandes Filles, Michel Jeury s’est plongé avec délice dans les vieux manuels de l’enseignement primaire. Aujourd’hui il offre à ses lecteurs un florilège des passages les plus drôles, les plus étonnants repérés au fil de ses balades dans l’univers très pittoresque de l’école laïque et républicaine d’antan. A cette époque, « Le certificat pour tous » était le grand projet de notre pays. Ce fut le temps des hymnes…

   A la conscience : » La bonne conscience est la meilleure amie du pauvre, elle ne l’abandonne jamais. »

   A la volonté : » La volonté comprime le cri de douleur au milieu des plus affreux supplices ; elle fait sourire de jeunes vierges sous la dent des lions et des tigres. »

   A la vertu : » Comprenez-moi bien, mes enfants : la France est un pays qui cache ses vertus comme d’autres cachent leurs vices. »

   A la propreté : » La propreté crée la fierté et l’égalité. Deux hommes peuvent ne pas être également riches, mais ils peuvent être également propres. »

   Ce recueil tendre et ironique épingle naïveté, perfidies, bévues et extravagances, mais au fil des pages, au-delà du rire et de la surprise, on se rend compte avec émotion que ce qui touchait les Français d’alors nous touche encore aujourd’hui…

 

Descriptif

Editions Robert Laffont de 1997 ISBN 2221085698, Bon Etat général, couverture souple, tranche et dos un peu passés et marqués, intérieur assez frais, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché grand format de 15,3x24,2 cm, 324 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser