Gallimard

DUGAIN Marc – Ils vont tuer Robert Kennedy

Réf: rf-gmdivtrk
6,00 € TTC
 En stock
Ajouter au panier
Description
Avis

Extraits

1/   Si Jackie Kennedy n’avait pas trouvé la maison si déprimante après sa fausse couche, Bobby n’aurait pas eu l’opportunité de l’acheter à son frère. Une façade oblitérée d’une vingtaine de fenêtres suffit à donner une idée de la dimension de la construction édifiée au milieu du XIXe siècle, alors que l’épisode le plus sanglant de l’histoire américaine, la guerre de Sécession, n’a pas encore eu lieu. Hickory Hill est à la fois un nom et une adresse, comme les plus prestigieux manoirs qu’on trouve de l’autre côté de l’Atlantique, en Angleterre. La propriété est entourée de conifères qui la protègent du regard des curieux. Deux cubes joints aux couleurs de pièce montée forment la résidence principale recouverte d’un toit gris à forte pente. Contre la clôture du fond, un tennis a été construit dans un angle. Dos à la maison à l’écart, une longue piscine a été ajoutée devant un bâtiment d’agrément.

   De nombreux arbres abritent la maison des vents dominants mais les chênes, les noyers et les érables qui peuplent l’entrée du parc se sont délestés de leurs feuilles rouge et or, alourdies par la bruine automnale. La pelouse en est jonchée ce vendredi de fin de novembre.

   Le soleil sorti du brouillard diffuse assez de chaleur pour permettre à Bobby et à ses invités, le procureur Morgenthau et son assistant, de déjeuner autour de la piscine loin du casernement familial qui résonne de cris d’enfants. Morgenthau a été nommé par les Kennedy procureur du district sud de New York. Ce fidèle démocrate, toujours vivant aujourd’hui, exercera jusqu’à ses quatre-vingt-dix ans. Quarante et un ans après la mort de celui qui fut son ministre de la justice, il continuera à batailler sans relâche, à démêler l’inextricable, en particulier la mécanique des financements du Hezbollah par la drogue avec la complicité du Venezuela et de l’Argentine. Alors que Bobby et Morgenthau mordent à pleines dents dans un sandwich au thon, ce dernier n’imagine pas qu’il vivra aussi longtemps. Bobby ne pense certainement pas à la mort dans ce cadre apaisant, même s’il sait que des menaces sont régulièrement proférées contre lui et son frère.

 

2/   La CIA possède plusieurs lieux reculés propices à la réflexion où les agents se retirent pour se détendre. Dulles y est toujours chez lui, même viré de la direction, il appartient à la CIA jusqu’à sa mort. Du fond de sa retraite studieuse, Dulles tire sur sa pipe par petites bouffées successives, comme un vapeur remontant le Mississippi. Ceux qui le croisent en ces moments ont gardé pour lui la même considération, la même déférence. Son esprit d’analyse n’a rien perdu de son acuité. Il se rappelle en particulier qu’il a développé, depuis 1953, un programme secret duquel rien ne filtre, sous le nom de MK-Ultra. Inspiré des travaux entrepris par les nazis, ce programme est confié au docteur Gottlieb, un homme passionné de danse folklorique bien que la nature l’ait affublé d’un pied bot. Personne ne sait rien de ce programme ambitieux sur le contrôle des individus. L’individu s’entend aussi bien comme masse que comme personnalité nuisible aux intérêts supérieurs de l’Amérique. Dans l’esprit d’un homme aussi expérimenté que Dulles, renverser le cours des choses coûte cher. Les coups d’Etat sont conséquents et donc des autorisations au plus haut niveau des institutions qui gênent la marge de manœuvre de la CIA. L’assassinat, s’il est notablement moins coûteux, a des conséquences politiques rarement assumées par les administrations en place. Dulles et certains des grands esprits qui l’entourent ont imaginé développer des techniques d’assassinat discrètes mais aussi de conduire la cible à se détruire elle-même. Les recherches portent en particulier sur la chimie du cerveau et le développement de substances conduisant à sa destruction partielle ou totale. Ce programme d’envergure se targue d’explorer les ressorts les plus intimes de l’individu, comme l’ambition, et d’agir sur eux. On comprend aisément qu’il est plus confortable d’ôter son ambition à un homme politique subversif que de le supprimer.

 

Descriptif

Editions NRF Gallimard année 2017 ISBN 9782072697104, bon état général, couverture souple, tranche et dos un peu marqués et passés, intérieur frais, tranches des pages un peu salies, livre d’occasion broché grand format de 14,2x20,7 cm, 400 pages



Aucun avis n'a encore été laissé sur ce produit, soyez le premier à laisser votre avis.
Produits pouvant vous intéresser